mercredi 1 décembre 2010

Lorsqu'on les perd.

Tous, nous perdons des proches au cours de notre vie dans différentes situations : il y a bien sûr la mort, cette séparation définitive et irrévocable, liée à la maladie lente ou rapide, ou l'accident violent et imprévu.

Mais il y a aussi la trahison, en couple ou amitié qui peut briser irrévocablement les liens. Ca a été le cas pour moi, deux jours avant mon mariage par une des personnes les plus proches de mon entourage, et cette expérience m'a marquée au fer rouge.

Il y a aussi les déménagements, l'éloignement géographique, le manque de communication, les valeurs et principes de vie qui différent. On se perd de vue presque d'un commun accord, doucement, sans heurts.

Et puis il y a cette maladie particulière, la dépression qui peut creuser un fossé plus profond ou large que n'importe quel canyon de la terre, même avec ceux qu'on croyait éternellement proches de nous. Nos chemins s'éloignent car le fossé se creuse, de plus en plus profond et large, à mon désespoir et à mon impuissance la plus totale. Certes, ce n'est pas une mort, ce n'est pas une séparation définitive, il n'y a pas de deuil. Mais la tristesse est là, le vide aussi. Finies la complicité, les délires, les bonnes soirées. Restent la tristesse, et de trop rares échanges électroniques.

Et je ne sais quoi faire, sinon pleurer.

Si tu me lis, sache que tu me manques, mais je respecte ton choix tout en me rongeant le frein.

16 commentaires:

Sylvie la Grande Bretonne a dit…

Concernée aussi par ce fossé, plusieurs fois dans mon entourage. c'est terrible, et on ne peut rien faire....

des bises et du courage (et de la patience, car parfois ca revient !!)

Sylvie

z e n c h a dit…

Pleurer, ça fait du bien Moushette.

Je suis persuadé que vous allez
r e b o n d i r !

agnès a dit…

J'ai aussi connu ce fossé et le terrible sentiment d'impuissance que l'on éprouve. Mais comme le dit Sylvie, certains en reviennent...Mais cela peut prendre du temps.
Agnès

Dominique a dit…

La dépression n'est jamais bonne à vivre ; ni pour la personne qui la vit, ni pour son entourage. On ne sait pas quoi faire, quoi dire ; nous restons impuissants et voyons cet être cher s'enfoncer peu à peu : saura-t-il s'en sortir, le pourra-t-il?
le temps peut aider, mais la souffrance est bien là pour tout le monde. c'est vrai que pleurer fait du bien mais ne vient pas en aide à l'autre. Bon courage

Anonyme a dit…

Il faut forcer la porte dans ces cas-la...

Nenette

mirtille a dit…

"Si tu me lis, sache que tu me manques, mais je respecte ton choix tout en me rongeant le frein "

Je pense que ta façon de faire est très bien : respecter son choix et qu'elle sache que tu es là si besoin.

mirtille

Moushette a dit…

merci à ts pour vos gentils mots.

oui zench ca fait du bien et je n'ai aucune honte à assumer mes larmes, même devant les enfants (mais là je leur explique tjrs l pq). pleurer va toujours avec une étape de franchie, mauvaise ou bonne, on avance, on creve un abces. la vie continue, mais il n'empeche que de temps en temps il est necessaire de s'arreter un peu dans les moments difficiles.

nenette je ne suis pas sure, car si ca fait du mal de l'autre coté, je pense qu'il faut respecter cette souffrance. C'est compliqué, et malheureusement il n'y a aucune généralité à faire ou jugements à porter, surtout en matière de bipolarité.

Anonyme a dit…

Pleurer, écrire, parler, lire, voilà entre autres ce qui peut vous soulager. Alors, je sors de ma coquille pour vous envoyer ce petit message.
Ce n'est pas facile de voir ce qu'on aime s'éloigner...Elle aussi en souffre sûrement. Je souhaite donc qu'elle guérisse vite et revienne vers vous au plus tôt !
Marie

Moushette a dit…

oui marie, car si je suis triste elle est bcp plus malheureuse que moi, je le sais trop bien.

Je tiens à préciser que le but de ce message n'est pas de "me faire plaindre" ou de me faire consoler car je ne suis pas celle à plaindre dans l'histoire. Je n'ai pas sa maladie, et ma vie va plutot bien.

Ce post est issu d'un trop plein, et j'utilise ce blog égoïstement, "pour me faire du bien". L'écriture me soulage, le partage aussi.

Et je garde espoir, merci !

Sophie a dit…

mais la dépression on en sort et on en sort souvent vers le haut; ça prend du temps comme toutes les choses importantes
Sophie

Isabelle de Penfentenyo a dit…

oui, la dépression, c'est parfois un tournant dans la vie. il peut être nécessaire de toucher le fond pour trouver l'impulsion de remonter à la surface. C'est très douloureux, un abîme de souffrance, de désespoir. Mais tu évoques la bi-polarité, et c'est une autre histoire...
Je comprends profondément ta peine; l'amour que tu lui envoies, au travers de ton bilelt ou de tes pensées, ton authenticité, ta tendresse,effacent toutes les distances et cette personne sait probablement, au tréfond de son intimité, que tu es là pour elle.
Courage et plein de bisou

Anonyme a dit…

Comme tu dis Isabelle, c'est une bipolarité, donc je m'efforce d'accepter que c'est tout autre chose. La raison comprend et accepte cette maladie, mais pas le coeur qui ne fait que se révolter et déplorer les dégâts.

Moushette

Anonyme a dit…

http://bipotes.leforum.eu/index.php

Anonyme a dit…

http://fr.wikipedia.org/wiki/Trouble_bipolaire

Moushette a dit…

Merci anonyme...

Zébuline a dit…

oui il est beau ce post, j'espère que le message a été compris...
bises

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails