mardi 20 octobre 2009

La juger,elle, je ne le peux.

Une mère américaine (adoptive) prend la décision de renoncer à l'adoption de son garçon de 18 mois.

Témoignage difficile et courageux.

La juger elle, je ne le peux. Quant à son AS qui la laisse faire, je suis scotchée.

11 commentaires:

Anonyme a dit…

waou, je ne sais pas quoi en penser..
même si ça résonne...
bises
Jolik'

Elizzz a dit…

...
C'est vraiment terrible comme histoire.
J'aimerais savoir comment va le petit dans sa famille aujourd'hui...

Moushette a dit…

Jolik', ai pensé à toi en le lisant... à la différence ici, c'est que les soucis ne sont pas uniquement d'ordre médical, j'ai surtout l'impression que ces parents n'étaient pas du tout préparés à la spécificité de l'adoption. Le père semble complètement effacé de ce projet d'adoption, serait-ce là la vraie raison de ce refus ? La femme ne se sentant pas capable d'assumer seule un enfant que le père ne semble pas avoir adopté du tout ?
D'ailleurs j'aimerais bien savoir si le facteur médical a eu réellement une grande importance dans ces problèmes d'attachement côté enfant et parent.

Je suis très étonnée de la réaction de l'AS qui a écouté et à très vite proposé la solution du changement de famille. Etait-ce inéluctable ? Si l'enfant avait été biologique, en aurait-il été autrement ? L'attachement cela peut prendre des longs mois, faut arrêter le fantasme du "coup de foudre" parental, ces parents ont-ils eu toutes leurs chances pour aimer leur fils ? Apparement l'enfant n'était pas en danger, il ne semblait pas maltraité, alors pq le retirer aussi vite de cette famille ?

Et je plains cette pauvre femme qui garde la photo de "son" fils dans son portefeuille et qui toute sa vie se traitera de mauvaise mère car elle n'a pas su gérer cet enfant.

Et pauvre enfant qui a vécu des abandons à répétition (sans compter que le tranfert de mère à mère fut monstrueusement rapide, dans un McDo !!!!!), quelles seront les conséquences...

Cela dit je prends le tout avec des pincettes, c'est un article écrit par un journaliste, de sucroit publié sur le net, nous n'avons peut être là qu'une partie d'une vérité bcp plus complexe...

Céline a dit…

très dur ce témoignage et surtout pauvre gosse qui se trouve abandonné par 2 fois.
En lisant ça j'ai l'impression que cette femme a adopté seule, sans son mari sans sa famille. Qu'elle a adopté un enfant comme certains font d'un animal, et puis hop il correspond pas à ce qu'elle attendait donc le refourgue "pour son bien". Je n'accepte pas ce comportement pour les animaux alors pour un enfant !

Pour ce qui est de l'attachement je pourrais lui en parler... Mon fils il est "bio" et ça m'a pas empêché de ne pas avoir ce "coup de foudre" dont on entend parler. La difficulté de l'attachement je la vis au quotidien (même si chaque jour va un peu mieux...)

Surtout comment l'AS peut lui avoir de suite proposé un abandon ???

Pauvre mère aussi parce qu'elle n'a pas fini de s'en vouloir à mon avis

Laetitia a dit…

Malheureusement je ne maitrise pas bien l'anglais pour tout comprendre de cette histoire qui me parait quand même bien terrible...
Quelqu'un pourrait-il me faire un petit résumé?
Merci d'avance!
Laetitia,maman de Raphaël,18 mois,né en ethiopie

nenette a dit…

Je n'ai pas eu le coup de foudre pour mes enfants biologiques, ma fille detournait son regard, je ne suis sentie tres mal, et ca n'arrive pas qu'a moi. Pourtant jamais je n'ai pense a les abandonner, mon entourage et le papa en premier n'auraient pas accepte! Pourquoi deux poids deux mesures dans la filiation biologique et adoptive?

Dans ce cas, on vante le courage de cette mere (elle est meme passee a la tele)! Je ne suis pas d'accord. Elle dit qu'elle comprend que le petit ne se soit pas attache a son mari, mais pas a elle qui s'occupait de lui, ni a ses soeurs, la elle ne comprend pas (pauvre petit bout trouve sur le bord d'une route, la tete plate d'etre reste allonge toute la journee, il aurait du lui sauter au cou surement...).

Laetitia : cette mere de deux enfants a adopte un bebe, mais elle a decouvert de nombreuses maladies apres-coup, et surtout l'enfant ne paraissait pas s'attacher, et elle-meme n'arrivait pas a s'attacher, donc au bout de 18 mois elle l'a abandonne.

Et je suis d'accord avec les commentaires precedents, quid du pere? Des grands-parents? Personne ne s'etait donc attache a cet enfant?

Quelle tristesse!Erreur d'agrement?

nenette a dit…

Voir aussi ici en bas de page :

http://fait-en-coree.blogspot.com/2009_10_01_archive.html

Virginie a dit…

Je suis sous le choc : je n'imaginais même pas cela possible !!
Les soucis d'attachement entre mère/enfant ne sont pas propres à l'adoption et sont accompagnés, en France tout au moins, par de bons soins psychologiques.
Je trouve cette histoire terrible : on ne peut pas juger cette femme, ces événements très intimes, à la légère, bien sûr, mais tentons de voir cela par le regard de l'enfant, et là, on se sent un chouia révolté...

Vu sur le net :
fait-en-coree.blogspot.com/2007/12/adoption-rompue.html

Anonyme a dit…

C'est d'un triste... Je me demande comment cette femme va pouvoir vivre sereinement après cette expérience, comment ses filles apparemment indifférentes au départ de leur frère adoptif (mais sûrement pas si indifférentes que cela au fond d'elles) vont continuer leur vie comme si de rien n'était, et comment cet enfant pourra se construire de façon équilibrée...

Je suis perplexe face à un tel récit, j'avoue que j'ai du mal à imaginer une telle décision concevable. Dans son récit, on a l'impression que le projet d'adoption n'était mené que par la mère. Le mari et les enfants semblent indifférents. Une adoption irréfléchie ?...

Parfois son discours m'a fait penser au problème que l'on peut rencontrer avec un animal dont on ne veut plus et que l'on confie au mieux à une autre famille. Là, l'enfant est passé de mains en mains, certes avec une certaine souffrance de sa mère adoptive, mais une souffrance bien nombriliste je trouve comparée l'histoire de son fils qui va en pâtir toute sa vie peut-être. Je sais que je tombe malheureusement dans le jugement, mais je trouve qu'il y a une part de nombrilisme et d'irresponsabilité de la part de cette femme et de sa famille, qui me dérange terriblement. L'adoption est un engagement pour la vie.

C'est AVANT l'adoption qu'il faut réfléchir, seul et en famille, et fixer ses limites (notamment dans les "special needs" dont tu parlais précédemment Moushette, perso je ne suis pas d'accord avec le fait de pousser les adoptants à adopter des enfants dits "à particularités", car on risque de se retrouver face à ce genre de situations... Il faut assumer derrière, être prêt... Forcer la main aux adoptants ne génèrera rien de bon à mon goût).

Totote

Laetitia a dit…

Merci pour le résumé...mon fils a 18 mois,et rien que de penser à cet enfant de nouveau abandonné me tord le ventre.Difficile de faire confiance aux adultes maintenant. Les "nouveaux" parents vont avoir du travail pour créer ce fameux lien...
Laetitia,maman de Raphaël

Moushette a dit…

Totote, je te rejoins bien. Mais c'était aux AS post adoption de voir la fragilité du projet. Bcp de familles dans l'affectif n'ont pas le recul suffisant pour se juger soi-même lorsqu'ils sont en démarche d'adoption. Mais c'est sur que je les trouve légers tout de même dans leur façon de ne pas parler de la souffrance de cet enfant.

merci à tous pour vos commentaires, je suis ravie de voir que cela vous a bien fait réagir.

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails