samedi 16 janvier 2010

Pleurer cet enfant imaginaire mais si réel à la fois

La nouvelle fait doucement le tour de la blogosphère , plus de la moitié des anges de la cèche de ND de la Nativité ne sont plus de notre monde. Mon coeur est broyé par cette nouvelle, pour ces âmes innocentes fauchées trop tôt, pour ces familles, leur entourage et ceux qui oeuvraient pour ces enfants et leurs adoptions.

J'espère que ces familles seront bien entourées pour l'accompagnement dans ce deuil difficile. Car oui, il s'agit d'un vrai deuil à faire, le perte d'un enfant dont on n'a pu profité ou protégé du pire. Un deuil sans petit cercueil qui concrétise la mort d'une vie qu'on n'a pas vu vivre de ses yeux. Celui d'un enfant imaginaire certes, mais bien réel dans le coeur de sa famille.

Beaucoup de "non initiés" à la réalité de l'adoption ont la tentation de répondre à cette souffrance par un "Tu ne le connaissais même pas, et puis il y en aura un autre". Non. Aucun enfant ne pourra remplacer celui qui est parti. Même s'il n'est jamais arrivé en foyer, même si on ne l'a jamais touché. Les photos, vidéos, petites anecdotes, dessins, informations dans un dossier rendent cet enfant imaginaire, fantasmé et rêvé si vivant, si réel, si adorable... Car oui nos enfants adoptés, très souvent nous les aimons, dès le premier coup de fil annonçant son attribution, dès la première photo. Il prend avec une rapidité fulgurante la place béante dans notre coeur qui lui était réservé, et c'est bien difficile de prendre du recul et de modérer ses ardeurs le temps de l'attente du jugement.

Je suis bien placée pour le savoir, j'ai beau le dire aux familles que je croise, EdE ou ailleurs, les prévenir, leur rappeler que l'adoption est une aventure à haut risques de A jusqu'à Z, rien à faire, les parents tombent en amour pour cet enfant qui n'est pas encore le leur et qu'ils n'ont jamais vu dès les premiers instants et même souvent avant l'attribution officielle. Je ne vais pas leur jeter la pierre, car souvent ce sont les cordonniers qui sont les plus mal chaussés... Mais malgré tout, je continue mes beaux discours d'avertissements, encore et encore...

J'espère que ces familles dans le deuil de leur enfant haïtien parti dans ces circonstances effroyables seront bien entourés pour travailler sur ce deuil d'un enfant tout à la fois abstrait et bien réel. Cet enfant fera toujours partie de leur fratrie, même si son nom ne sera pas sur le livret de famille (en tout cas pour ceux qui n'ont pas eu le jugement) ; ce message s'adressait à tout leurs proches pour accompagner comme il se doit (et il ne faut pas hésiter de passer par un professionnel tant ce deuil est complexe) ces familles dans le long et pire des deuils, celui de leur enfant.

Je rajoute aussi  qu'il n'y a pas que les proches de ces familles qui doivent faire le douloureux accompagnement de ces familles en deuil. Notre gouvernement (SAI, AFA, Conseils Généraux ...) DOIT mettre en place des cellules de soutien pour les familles qui ont perdu leur enfant ou qui sont dans l'incertitude de l'avancement de l'adoption de l'enfant qui leur a été attribué. La plupart de ses adoptions passaient par la voie individuelle, ces familles ne doivent pas rester seuls dans leur détresse.

16 commentaires:

Virginie a dit…

Quelle souffrance pour les parents qui doivent souffrir de n'avoir pas pu protéger leur enfant et, j'imagine, de penser aux conditions atroces de leur décès ! Cette épreuve me semble bien insurmontable.
Souhaiter du courage et de la force est une chose bien vaine...

mirtille a dit…

Même si elle est loin de nous pour toujours, ho ! combien j'ai de la chance de la savoir en vie.

Je suis en larmes,le ressentis que tu d'écris et si reel.

Anonyme a dit…

On ne décide pas de commencer à aimer ni d'arrêter de souffrir et c'est ce qui fait l'authenticité des sentiments et des liens qui se créent entre tous; C'est ainsi, vécu et ressenti; Et ses parents étaient déjà parents et ils viennent de perdre leur petit enfant, celui qui leur était destiné et qui sans le savoir les attendait. Je souhaite que leur peine et leur courage soient relayés plus tard par l'espoir...
Carole

Elizzz a dit…

Je suis très émue en te lisant Moushette...

Nane a dit…

Moi aussi, je suis profondément touchée. Terrible deuil de l'enfant qu'on n'a pu serrer dans ses bras.

Anonyme a dit…

Merci d'avoir tenté d'expliquer l'incompréhensible pour les non initiés à l'adoption : l'amour en creux. Amour sans grossesse physique, amour sans enfant en chair et en os en soi, amour sans étreinte et pourtant amour si fort, si dévorant, si dévastateur...
Toutes mes pensées vont vers un petit ange qui a traversé la vie de sa maman à la vitesse d'une étoile filante pour aller s'éteindre dans le ciel...

Laurence a dit…

Je pense bien a eux, a la douleur de ceux qui ont perdu leur petit bout de chou, la-bas, si loin.
A bientot,
Laurence

Zébuline a dit…

...

Véronique a dit…

Pleurer un enfant qu'on n'a jamais tenu dans ses bras peut sembler délirant, mais il faut avoir été hier soir sur les forums quand la nouvelle qu'un petit ange n'avait pas survécu est tombée pour comprendre! Nous avont toutes pleuré pour ce petit ange, et ces larmes qui coulaient étaient sincères et désespérée...
Pleurer pour un enfant (et même pour 60) quand ce sont des miliers qui sont morts peut sembler dérisoire, mais tout d'un coup ces enfants-là étaient pleurés pour tous les autres...
Merci Moushette d'avoir si bien expliqué.
Véronique impuissante qui ne sait plus trop relier ses neurones devant tant de douleur.

tigresses a dit…

Oui, merci Moushette... J'ai pensé justement à tout ça dès le tout début et je disais que cela allait faire des deuils compliqués, non reconnus... je ne les connais que trop ceux-là... avec les parents des petits mort-nés que j'accompagne chaque mois en groupe de parole.
Et là... des choses seront mises en place.. je ne sais et j'aimerai bien ne pas douter du fait que oui, ils seront accompagnés mais...

Mimi a dit…

...

patraque a dit…

Je n'ai pas de mots devant tant d'injustice et de souffrance.
Toutes mes pensées vont vers ces petits anges et ceux qui les attendaient.

Kakaille a dit…

Tout ce que tu dit est tellement vrai ... je prie pour tout ces enfants, pour toutes ces familles ...

Christine a dit…

Merci de mettre des mots Moushette...

Anonyme a dit…

l'emotion m'etreint moi aussi.Mais nos gouvernements, au lieu de cellules de crises, ne pourraient appliquer une procédure exceptionnnelle, (à catastrophe exceptionnelle..) à savoir rapatrier les enfants dont le dossier d'adoption etait finalisé, qui ont déjà rencontré leurs parents, qui etaient en attente d'un jugement,qui maintenant, mettra des.....mois, années.., reunir ces enfants qui ont assez souffert et leurs familles, qui elles aussi souffrent: la paperasse
peut attendre, l'urgence c'est d'arreter les souffrances, les morts à venir...il faut agir, vite!!

Anonyme a dit…

j'ai aimé mon fils dès que le dossier est parti dans le pays, il existait c'est tout. Personne ne peut consoler d'un deuil, on peut juste être présent. Parfois dans la vie on ne ne peut porter que seule sa prope douleur, et on ne peut la partager, même si les autres la comprennent.
Et Dieu sait que j'ai de la peine pour ceux qui sont partis et ceux qui restent. EVE

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails