jeudi 11 février 2010

L'intérêt supérieur de l'enfant....


Ca faisait des mois que ça me démangeait, et que j'avais envie de pondre un billet sur le sujet. Mais ce n'était jamais le bon moment pour en causer sur le blog, mais là j'en peux plus, faut que vous raconte, ça peut plus attendre.

Voilà. Y a un truc qu'on entend dans la bouche de pas mal d'intervenants pros et politiciens dans le petit French world of adoption. Une expression bien péteuse, et que l'on marie à toutes les sauces dans les contextes les plus débiles, et qui fait office de parfait bouche trou.... La béchamel de l'adoption, en quelque sorte...

Quoi, quoi ?

Mais si, bien-sûr que vous la connaissez. C'est une formule magique, sans doute inventée par un obscur sorcier du Moyen-âge, pour un roi en manque d'imagination verbale qui souhaitait attendrire la populace avec sa tendresse affichée pour la protection des pauvres norphelins.

Cette expression est la suivante :

"Dans l'intérêt supérieur de l'enfant".

Aaaaaaah.... Avouez qu'elle en jette cette expression, hein ? Surtout de mot, "suuuupérieur". Pasque pour sûr que l'intérêt inférieur de l'enfant ne nous évoque pas grand'chose. Quoique, ptête que ça parle du PQ et des lingettes en cas d'épidémie de gastro aïgue tel qu'il y a en ce moment dans nos chaumière française ??? (bon ok je m'égare, j'y peux rien moi, mon quotidien revient toujours au galop dans le blog...)

Avouez que vous l'avez entendue souvent  cette belle formule, hein... En version soufflée, meringuée, en pièce montée, à la broche, en sushis....

Normal, c'est une formule magique, alors on l'utilise à toutes les sauces depuis la nuit des temps. Chuis même certaine que c'est Merlin qui l'a inventé lui-même, tant elle est magique. Commencez une phrase avec elle, et derrière vous pouvez placer n'importe quoi. "Dans l'intérêt supérieur de l'enfant ... il vaut mieux piétiner les parents adoptants ou les lapider avec des silex pointus, les jeter comme des vulgaires kleenex pour en prendre un autre moins rempli de morve.... Pasque vous comprenez l'intérêt supérieur de l'enfant". Et le peuple docile, subjugué par cette formule magique acceptera sans broncher et acquiescera docilement.

Aussi, si par hasard vous faites une conf' bien vaseuse et générale sur l'adoption remplie de banalités "pé-chos" dans un livre en bout de gondole à la Fnac, que vous séchez pour faire une conclu détonante qui réveillera vos auditeurs endormis depuis la troisième phrase de votre discours, abraaaaaaaacadaabraaaaaaaaa, terminez votre speech par la formule magique, et presto vous avez une conclu qui en jette et  vous pourrez sortir la tête haute !

Mais franchement, réfléchissons bien, l'intérêt supérieur de l'enfant, comme ils disent tout ces grands orateurs, n'est ce pas une évidence depuis la préhistoire ? Ne disait on pas "les enfants et les femmes d'abord" sur le Titanic en train de couler (ok elle est naze ma référence mais j'en trouve aucune autre pour l'instant !) ? Pour moi, intervenante terrain, qui tombe amoureuse de tout les yeux noirs que je croise dans les orpheux, qui avec le reste de notre équipe me bats comme une dératée pour leur trouver une famille, qui n'en dort pas toujours la nuit, qui verse des larmes comme en cette fin d'année 2009, c'est le genre de formule qui me fait rire aux éclats tant elle me paraît triviale et évidente. Est-il nécessaire de préciser une évidence pareille ?

Sans doute oui, pour les incultes et idiots ignares en matière d'adoption qui traînent sur Agoravox. Menfin pour une populace un peu avertie sur le thème de l'adoption ça me parait être un pléonasme plus qu'autre chose... Tout comme la fameuse "une famille pour un enfant et non un enfant pour une famille", la soeur jumelle de LISDLE, ça me fait soupirer devant tant d'asbeenité à force de l'entendre années après année..... Ouaih, franchement, il serait temps de relancer Merlin pour trouver une autre formule magique plus tendance, pasque franchement, celles -là, je sature...

Et puis, qui aurait une priorité autre que celle de "l'intérêt des enfants ?" Les parents postulants à l'adoption ? Ces parents sont dévorés par leur envie de paternité, alors normal qu'ils se battent pour le devenir. Mais ce ne sont pas non plus (en grande majorité !) des neuneus prêts à arracher des fraîchement orphelins de gravats haïtiens pour devenir parents, faut arrêter le délire.... Arrêtons de leur jeter la pierre sans cesse...

Ne pas respecter les parents adoptants, c'est un peu ne pas respecter les enfants. Ce sont eux qui seront le nid de demain de nos orphelins. Les faire souffrir en les traitant comme des pions c'est un peu comme si on faisait souffrir leurs enfants adoptés, comme si on attaquait les fondations des maisons qui abriteront plus tard ces enfants. D'ailleurs, où est-il, leur intérêt, lorsqu'on traite ces familles en souffrance avec des méthodes inhumaines ou dévalorisantes ? On en rajoute, à une souffrance qu'ils ont déjà dans leur bagage depuis de longs mois et années, si on inclue dans le "parcours" de la stérilité que l'on retrouve chez de nombreux postulants à l'adoption.

Je suis atterrée par le manque d'humanité de nombreux intervenants dans l'adoption face aux postulants qui font ce qu'ils peuvent. Candide au début de notre aventure d'adoption, je pensais que tout le monde était gentil comme Hello Kitty dans Adoption World. Mais j'ai vite déchantée, même en tant que postulante. Je ne pensais pas que l'adoption, qui représente pour moi un des plus beaux gestes d'amour qui existe, puisse engendrer autant de mépris, d'inhumanité, de manque de respect... Alors, lorsque j'ai des postulants devant moi, je pense sans cesse à moi l'ancienne postulante, et j'essaye de traiter les gens avec le même respect que j'espérais avoir lorsque moi même j'attendais mes enfants. Ce qui ne peut empêcher certains de mes coups de gueule, mais j'essaye de rester dans l'humain...

Bref, comme je vous le disais au début de ce billet, cette formule magique hyper pratique permet de passer bien des suppos douloureux. Récemment, j'ai entendu la suivante dite par un professionnel français de l'adoption qui m'a scotchée : "Dans l'intérêt supérieur de l'enfant, il vaut mieux que cet enfant de 8 ans ne soit pas adopté."

Ah. Bin v'la autre chose, fut ma première réaction. Quelle était la logique du raisonnement de l'interlocuteur ? Un enfant souffrant de troubles du comportement graves, trop "adulte" ou refusant l'idée d'une adoption ? Non pas du tout, son seul défaut est son âge aux yeux de cet intervenant, et voilà ce qui s'est dit : "l'enfant est grand et le process d'adoption pourrait être long, il arriverait sans doute trop vieux dans sa famille adoptive française".

Traduisez en langage cru : l'adoption d'un enfant "grand" faut pas faire.

Donc si je suis ce raisonnement jusqu'au bout en prenant comme exemple mes adoptions indiennes réputées plus longues que bien des pays de l'AI (en moyenne 6 mois une fois dossier définitif remis à l'orpheu, 12 mois souvent, 18 exceptionnellement), dans son intérêt supérieur vaut mieux qu'il ne connaisse plus jamais les joies et l'amour de la vie de famille. Et aussi que d'ici deux ans maxi, il soit transféré dans un government hostal où règnent le loi des gangs, la violence à cause du manque de personnel, où les enfants reçoivent peu de soins ou d'éducation. Et puis une fois adulte, s'il est un homme, il aura un métier gagne misère, et ne trouvera jamais femme car il n'a ni famille, ni caste. Et si c'est une fille, elle sera mariée à un inconnu, sera à la merci de sa belle-mère avec qui elle vivra, car aucune famille ne sera là pour protéger ses intérêts. Pire elle pourrait servir de poupée gonflable live aux hommes d'un village reculé du Nord (de L'Inde...) ou bien atterrir dans un bordel de Mumbai...

Dans l'intérêt supérieur de cet enfant, of course.



Heureusement ce n'est pas le cas de tout les enfants grands non adoptés en Inde. Certains orpheux font ce qu'ils peuvent pour donner une bonne éducation à leurs grands, essayent de leur faire faire de bons mariages. Mais cela reste une minorité.

23 commentaires:

Anonyme a dit…

Alors là Moushette, je dis BRAVOOOOOOOOOO! j'aime beaucoup ton coup de gueule !!!

Dans l'intérêt supérieur des adoptants, je recommande de lire ton blog!
Marie de Toulouse

Anonyme a dit…

Excellent!
Nenette

Anonyme a dit…

Encore une fois Moushette, vos paroles sont tellement justes !!Ces phrases magiques utilisées à toutes les sauces, les interventions stupides et erronées que l'on peut entendre et lire dans la presse en ce moment...il y en a ras le bol!!
Depuis le seisme en Haïti, j'hallucine d'entendre tout ça.J'attends mes jumeaux avec angoisse et je suis à l'affût de toutes infos, c'est vous dire ce que je peux lire de toutes parts, les représentants de l'état, les journalistes, les différents organismes liés à l'adoption et j'en passe...C'est à vomir d'entendre tant d'inepties et toujours la même rengaine "dans l'interêt superieur de l'enfant".Mais c'est tellement façile de se cacher derrière de grandes formules ! HYPOCRITES ! J'aurai voulu vivre l'attente et l'arrivée de mes enfants autrement, j'aurai voulu que mes jujus ne vivent jamais ce seisme. C'est très perturbant de vivre l'adoption dans un contexte pareil. Effectivement Moushette, ne pas respecter les adoptants, c'est ne pas respecter les enfants!
J'essaye aujourd'hui (avec mon mari) de passer au-dessus de tout ça pour mes enfants!(Je suis armée pour pas mal de temps!)
C'est pour moi un bonheur de faire partie de la petite famille des adoptants si mal aimée!Merci encore Moushette pour ce coup de gueule !
Brigitte du gers

mirtille a dit…

" Dans l'intérêt supérieur de l' enfant " une phrase derrière laquelle on se cache pour ne pas assumer ses erreurs....
Trop facile à utiliser cette phrase, trop facile de la mettre comme paravent pour se donner bonne conscience et laisser les autres dans la douleur et les problèmes.
Vous avez raison après tout, cachez-vous derrière cette simple phrase car si vous retrouvez votre conscience MON DIEU...

Ou la, pas bien Mirtille !!!!! je me suis promise de ne pas me mettre en colère....donc,juste pour dire qu'il n'est jamais trop tard pour se remettre en question.Ce n'est pas un signe de faiblesse mais d'intelligence.

Et comme toujours merci Moushette pour tes paroles si réelles.

mirtille

Moushette a dit…

merci à tous.

brigitte de tout coeur avec vous, cette attente doit être épouvantable, et j'imagine que la déconnexion aux infos et au stress doit être impossible... La détresse des parents avec un enfant encore là bas comme la vôtre m'affecte (moi qui ai tant souffert lorsque j'attendais les miens alors que tout allait bien !!!). Je vous envoie de brassées de courage pour continuer à vous armer pour faire face à cette attente...

mirtille, je me doutais que tu allais te lacher !

Nane a dit…

C'est probabalement "dans l'intérêt supérieur" de l'enfant que notre petit 7ème grand et/ou handicapé n'est pas là ....

Marianne a dit…

Tu as touché dans le mille une fois de plus. Dans mon court parcours dans l'adoption je l'ai entendu cette put* d'expression.

Je lisais ton billet à zom et à ta phrase "Dans l'intérêt supérieur de l'enfant, il vaut mieux que cet enfant de 8 ans ne soit pas adopté." ...il me dit "tiens, Moushette connait Mme * de notre conseil général.... parce que cette phrase on nous l'a dite...mieux dans une pouponnière que dans notre famille!!!!!

Anne a dit…

C'est fou, parce qu'à 8 ans, quand on a des plus grands, ça reste des bout'dchoux! Avec la vie devant eux...

Chloe3c a dit…

Ouf ... et merci !

Véronique a dit…

Tu as mille fois raison Moushette : c'est à croire que l'intérêt supérieur de l'enfant est de croupir dans un orphelinat (ou dans la rue sous une bâche pour certains en ce moment) sans famille! Je crois malheureusement que l'intérêt supérieur de l'enfant serait de ne jamais croiser la route de ces gens qui tout simplement ne veulent pas de lui sur le sol de leur Patrie. La malhonnêteté intellectuelle de ces gens là me fait frémir : pourquoi ne pas afficher clairement la couleur, c'est le cas de le dire : "pas de ces enfants chez nous, aidons les à rester crever chez eux!"
Merci en tous cas de l'avoir si bien dit...
Véronique.

Sylvie la Grande Bretonne a dit…

si tu le permets, je co-signe, tout !!!

des bises

Sylvie, meme enervement

Moushette a dit…

avec plaisir sylvie, mdr ! (chtai envoyé un mp sur fb).

Petite précision ! bcp de gens interpètent ce billet comme un message sur la triste actualité haïtienne. Sauf qu'elle (l'actualité h) n'a ni inspiré ce billet ni déclenché sa publication ! ca doit faire au moins 3 mois qu'il germait dans ma petite tête, et j'ai enfin pris le temps pour m'en "débarrasser".

Mais chacun est libre de l'interpréter à sa sauce (béchamel) en fn de son vécu.

Si j'ai envie de dire des trucs sur l'actu haïtienne, je le ferai sans passer par des métaphores....

Yzabeille a dit…

Nous avons la chance de ne pas encore avoir entendu de vive voix cette "phrase".... Mais n'empêche que quand je lis les commentaires sur Agoravox.... ou autre, et ben je suis vraiment désolée pour ces pauvres gens. Ben oui, ils sont bien pauvres d'esprit !
Décidemment, j'aime bien le blog de Moushette moi !

Anonyme a dit…

Existe t'il une association d'enfants adoptés devenus grands qui pourraient prendre part aux débats concernants "les intérêts supérieurs de l'enfant" ?

Et comment porter plus la voix de ces enfants qui grandissent dans les orphelinats et espèrent qu'un jour une famille les adoptera...?

Pour remplir plus l'espace occupé par certains dont le seul intérêt supérieur est de détenir et d'assener LA vérité.

Comme s'il n'y en avait qu'une......
Carole

Anonyme a dit…

Quand certains passent leur vie à réfléchir et à s'impliquer totalement aux côtés de ces enfants et des ces parents, tout en partageant, souvent brillamment leur VÉCU, au travers de livres, de documentaires, de conférences (de blogs même!), riches d'EXPÉRIENCE(S)... Pour comprendre et aimer.
L'élan, même s'il comporte des failles, me paraît plus noble et respectable; En tout cas, je me range de ce côté.
Carole; Suite et fin.

Mimi a dit…

Bon je pourrai écrire des tartines, des fois envie de se lâcher...
Je n'ai pas pu adopter un 5 ème enfant je pense bien que c'était dans l'intérêt supérieur de l'enfant... cela doit être si affreux une si grande famille !!!
Un jour on m'a dit ( quelqu'un de pro dans l'adoption) tout est fait pour les enfants et non pour les parents et moi durant des mois j'ai été mal, très mal après le refus pour cette 5 èem adoption.
Je n'était plus un numéro, même pas un pion...juste bonne à ramasser à la petit cuillère et me bourrer de médicaments.
On m'a dit aussi que c'était comme de jouer au casino, sans arrêter de jouer à la roulette...est-ce la démarche de futurs parents ?
Un autre pro de l'adoption m'a demandé ce que je ferai si un jour un de mes enfants devenait un assassin? qui demanderait cela à une femme enceinte...

Ne pourrait -on pas parler de l'intérêt supérieur de la famille ? Prendre en considération les 2 côtés..

Dans l'intérêt supérieur de l'enfants alors pourquoi laisser des enfants souvent près de 2 ans dans une crèche pour la procédure d'adoption, comme cela se passe à Haïti par exemple ?

Dans l'intérêt supérieur de l'enfant certains "pro" de l'adoption nous examine de toutes les coutures, nous trouvent louches, ne comprennent pas nos motivations...

Sur ce merci Moushette pour ce message, bien plus constructif que les réglements de compte sur Agoramachin...

z e n c h a dit…

Sur zenit.org.

« Sur la base de l'expérience accumulée en travaillant avec les enfants dans des contextes de catastrophes et autres situations de déplacement forcé, nous observons qu'une règle générale ne répondrait pas aux intérêts majeurs de l'enfant de Haïti, ou de Haïti dans son ensemble, si les enfants non accompagnés étaient évacués de leur pays d'origine sans une consultation individuelle adéquate préalable sur ce qui est le mieux pour chacun d'eux ».

Haïti : Des organisations catholiques appellent à protéger les enfants

gwendoline a dit…

Merci pour ce post que j'aurai pu écrire (avec moins de brio !). Tu as oublié le nouvel adage : "adopter mieux plut^^ot qu'adopter plus"... Tu vois y en a qui se renouvellent mais on préfèrerait qu'ils s'abstiennent !

Biz

Gwendoline

Virginie, maman d'Anaïs a dit…

Moushette, parfaitement d'accord avec toi...
et avec Gwendoline, excellent le "adopter mieux plutôt qu'adopter plus"...
Je confirme avoir croisé en France des pro de l'adoption tenant le même discours et persuadés que dans l'intérêt supérieur de l'enfant, il vaut mieux qu'il ne soit pas adopté et donc qu'il ne connaisse jamais la chaleur d'un foyer et l'amour d'une famille !
C'est vraiment consternant et cela fait plaisir de ne plus se sentir seule à ne pas digérer ces inepties, une fois encore grâce à ton blog, Moushette.
Merci et gros bises
Virginie, maman d'Anaïs

Béa a dit…

Bien parlé !
Qu'elle phrase parfaite pour se cacher derrière pour dire et faire n'importe quoi !

C'est révoltant mais l'hypocrisie et l'incompétence engendre cela malheureusement.

Pour l'adoption d'un enfant grand c'est dingue tout ce que l'on peut entendre et lire, c'est injustifié et scandaleux car cela freine les adoptants à se diriger vers un enfant grand alors qu'il y en a qui attendent de trouver enfin une famille.

J'espère que les mentalités vont changer ...

A bientôt
Béatrice, maman en attende d'une attribution d'un enfant grand en Inde.

Anonyme a dit…

Bien dit, bien vu !
Hélène

z e n c h a dit…

... ...

L’intérêt de l’enfant, ce thème majeur dans la protection de l’enfance, est en perte de sens depuis longtemps et ce 11 février 2010 en est la démonstration vivante. Cet accueil, plus exactement cette « livraison », vient sceller notre surdité face aux besoins des enfants et leur intérêt majeur. Perdus, les enfants tout juste arrivés, oscillent entre se taire comme ultime réflexe de survie en plongeant dans une hypersomnie, des états de sidération, de prostration ; ou bien hurler à en perdre la voix pendant des heures, s’agitant, marchant le regard perdu, hagard, n’attendant plus rien de ce monde adulte qui ne veut pas les entendre dans leurs besoins premiers. La chronologie des troubles, qui n’existaient pas avant le départ d’Haïti, permet d’évoquer une cause traumatique aigue, précoce, liée au déplacement dans l’urgence des enfants, sans aucune préparation psychique. Ces états traumatiques ne sont pas liés directement aux conséquences du séisme ni aux conditions de vie après. De tels états ne sont presque jamais observés avec une telle intensité ou sur un aussi grand nombre d’enfants dans les suites d’une catastrophe naturelle.

Pendant que nous imaginons être des sauveteurs d’enfants, le monde nous regarde agir, juge nos passages à l’acte et fera le bilan. Les plus graves conséquences seront subies par les enfants et leurs familles et les années à venir révéleront des échecs d’adoption que nous avons fabriqués de toutes pièces. La « livraison » des enfants d’Haïti va laisser de lourdes traces dans l’histoire de l’adoption internationale en France.

Sophie Marinopoulos et Pierre Lévy-Soussan

COMMUNIQUE DE PRESSE.
Enfants d’Haïti et adoption : du sauvetage au désastre

Moushette a dit…

zench, le problème des citations ou du bête lien, c'est que je sais rarement comment je dois l'interpréter ! premier degré ou pas, critique postive ou négative, souvent j'hésite !!! ou alors est ce simplement une prolongation de la reflexion ??

du coup je ne cherche pas trop à y répondre, sans doute par flemardise. une ptite phrase d'accompagnement qui dit d'acc' ou pas d'acc' sur tel point de mes posts serait bienvenue !!

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails