vendredi 12 février 2010

Plus dingue tu meurs !

J'ai du mal à croire que cette histoire n'est pas un poisson ! Encore un aberration qui va faire plaisir aux anti-adoption plénière....

13 commentaires:

mirtille a dit…

"Nul n'est censé ignorer la loi"

Une phrase que vas aimer Moushette, toute faite et facile d'emploi....que cette maman à peut-être entendu

Des imbéciles

mitille

Céline a dit…

Je comprends pas tu vas peut être pouvoir m'expliquer.
Donc son concubin a adopté sa fille. Oj ça lui confère dont une autorité parentale. Mais celle ci est partagée avec la mère ? Le fait de faire adopter sa fille ne l'a pas déchue de ses droits ? Si ? Comment est-ce possible ?

P.S (jai pas regardé le reportage juste vu le titre)

Céline a dit…

c'est bon j'ai regardé au final. Je comprends.
Par contre je trouve que c'est inadmissible que son avocat et le juge ne l'aient pas informée. C'est de leur ressort d'information...

C'est vraiment dingue...

Sylvie la Grande Bretonne a dit…

je pense aussi que ca ne doit pas etre vrai, en tt cas pas en l'etat ! soit c'est raconté nimporte comment, soit il y a autre chose, qu'on ne sait pas.
ca ne tient pas debout, cette histoire....
des bises
Sylvie

mirtille a dit…

Voila ce que j'ai trouvé sur le net concernant cette histoire.

Mal conseillée, naïve ou victime d'une erreur d'appréciation de la justice ? C'est sans doute un peu tout çà qui a mené Stéphanie Gualinetti dans une situation inextricable. Cette sud-Tarnaise de 43 ans n'est plus, aux yeux de la loi, la mère de sa fille qu'elle a pourtant mise au monde il y a 12 ans. Elle se bat aujourd'hui pour retrouver ses droits parentaux et envisage de lancer une procédure d'adoption pour redevenir officiellement la maman de Manon (*). Ce dossier délicat est d'ailleurs considéré comme un véritable casse-tête juridique au tribunal de Castres.

C'est en 1997 que Stéphanie accouche de Manon en région parisienne. Le père biologique l'a abandonné durant la grossesse. C'est donc en mère célibataire qu'elle atterrit dans le Tarn pour refaire sa vie. En 2000, elle rencontre un homme avec qui elle se met en ménage. Elle coule des jours heureux et croit avoir trouvé « la stabilité affective et financière » qu'elle recherchait pour elle et sa fille. C'est pour cela qu'en 2005 elle accepte la proposition de son concubin qui veut adopter Manon pour lui donner un « vrai » père. Et plutôt qu'une simple reconnaissance en paternité ou une adoption simple, c'est la procédure d'adoption plénière qui est choisie par le couple et validée par le tribunal de Castres. Une décision qui s'avérera grave de conséquence quand trois ans plus tard, le couple qui s'est séparé en 2006, va se disputer la garde de la fillette. Le père adoptif de Manon fait valoir que l'adoption plénière équivalait à un abandon de la mère biologique. « Mal informée de mes droits par un avocat qui m'a induite en erreur, je ne savais pas que cette adoption couperait les liens avec ma fille de manière irrévocable », explique Stéphanie. Et pourtant c'est le cas.

Une terrible subtilité du code civil
Comme le couple n'était pas marié, «l'adoption plénière confère à l'enfant une filiation qui se substitue à sa filiation d'origine: l'adopté cesse d'appartenir à sa famille par le sang» selon la loi. Personne, ni même les magistrats qui avaient accordé l'adoption plénière, n'avait fait attention à cette subtilité du code civil. Et pour parfaire le tout, les deux ex-concubins se déchirent tellement que Manon a dû être placée dans une famille d'accueil. La fillette vit aujourd'hui très mal cette situation enchaînant fugue sur fugue. « Elle parle même de suicide », ajoute Stéphanie qui, après avoir accusé le coup en faisant une dépression, a repris des forces pour tenter de trouver une solution afin de s'extraire de cet imbroglio judiciaire. Et enfin retrouver sa fille qu'elle ne voit qu'à l'occasion de quelques droits de visite. Une situation terrible pour cette femme qui a même vu son nom enlevé de l'acte de naissance de sa fille. Elle va aujourd'hui entamer une procédure d'adoption simple pour redevenir la mère de Manon. Une action qui semble pourtant, elle aussi, vouée à l'échec. Pour que cette adoption soit accordée, il faut l'accord du père adoptif même si celui-ci n'a plus la garde. Et ce dernier ne semble pas très coopératif. La nouvelle avocate de Stéphanie évoque un dernier espoir de faire annuler toute la procédure en saisissant la cour européenne des droits de l'Homme. Elle compte bien plaider l'intérêt de l'enfant qui est la principale victime de cette dramatique affaire.

(*) On a volontairement changé le prénom de la fillette.

mirtille

Moushette a dit…

moi qui m'échappe, c'est que le juge ne pouvait pas prononcer une adoption plénière sur cet enfant, tnat que les droits de la mère n'étaient pas au préalable déchus par un acte d'abandon. A mon avis cette adoption plénière est en elle-même une erreur. Ou alors elle a signé des trucs sans les comprendre.

Et aussi, est-ce une raison pour partir en dépression, mettre sa fille en foyer ?????

Et un truc qui m'échappe : pas de mariage avec son conjoint mais on lui demande de faire adoption plénière de son enfant ???!!! Je ne trouve pas cela très responsable de la part d'une mère.

Bref, le bordel, il manque des billes pour comprendre, pour sûr que les journalistes n'ont rien compris non plus !!!

Anonyme a dit…

Bonjour ayant adopté 3 enfants et ayant une longue expérience dans le domaine de l'adoption, je suis très à l'écoute des personnes en rélexion, en démarche ou ayant adopté..mon blog http://www.mestroisvies.com..amicalement

virginie, maman d'Anaï a dit…

Je suis sidérée !! j'ai toujours entendu que si un des 2 parents biologique était vivant (et sous entendu n'avait pas souhaité ouvertement abandonner son enfant) l'adoption par le conjoint (ou concubin) ne pouvait qu'être une adoption simple...
Mais je ne suis pas juge bien sûr !!!
Virginie, maman d'Anaïs

Anonyme a dit…

Plus dinde tu meurs!

Non la franchement... pauvre gamine!

nenette

Elizzz a dit…

Mouais... C'est un reportage télé, alors bon... C'est assez bizarre quand même.

En attendant, celle qui morfle, c'est la gamine.

Anonyme a dit…

Bonsoir,
Sachez que nous sommes allés moi et mon ami se renseigner au TGI et qu'ils nous ont dit également qu'il n'y avait aucun problème pour une plénière... à méditer... et en attendant nous ne savons toujours pas quoi faire...

Anonyme a dit…

Alors un bon conseil si vous netes pas mariee ne faites surtout pas une adoption plénière.

celui ou celle qui m'a traité de dinde doit avoir un qi de - qq chose et un niveau culturel assez faible. il est tirs très facile de juger à tort et à travers sans avoir les éléments en main.

J'ai été mal renseignee par avocat et les magistrats ne mont rien dit concernant la coupure de filiation et

le pire c'est que le tgi navait pas assimilé que cetait une ad. plénière la preuve c'est que pendant 3 ans j'ai eu après ma séparation droit garde autorité par. partagée et mon nom figurait tirs sur acte de naissance de ma fille

c'est Parceque en 2008 à noël le père adoptif fait croire à ma fille que je suis morte dans un grave accident de voiture que je demandé la fin de ses droits visite qu'il dit à la juge que c'est une ad. plénière et que je nai plus de droits sur ma fille

aujourd'hui mon avocat lance une procédure d annulation dadoption pour manque de consentement, ma fille fait également tierce opposition

j'ai fait placer ma fille car le père adoptif au comportement pervers se servait de ma fille pour m atteindre

la juge ma accordé droit visite tous les weekend et moitié vacances scolaires et lui une h par mois médiatisée

Jai encore bps de choses à dire mais pas le temps

je me bats comme une dingue pour nous sortir de là et on est presque arrivées au bout du chemin

Moushette a dit…

Le mot "dinde" est une erreur de saisie, il s'agissait de "dingue" "c'est dingue", celle qui employait ce mot ne vous traitait ni de dinde ni de dingue !!!

Je vous souhaite bien du courage et de perséverence dans vos démarches et j'espère qu'elles aboutiront promptement. Vous avez du effectivement être mal conseillée, quelle tristesse d'en arriver là.

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails