lundi 31 mai 2010

3 longs fleuves tranquilles


Une heure du mat. J'éteins la lumière. Je me couche, un peu de musique indienne zen dans les oreilles pour trouver le sommeil.


Zut. Zut et zut. Le billet qui n'arrivait pas tout à l'heure est évident dans ma tête. Mais j'ai bouffé tout mon forfait wifi pour la soirée en scrutant avec désappointement le billet sans inspiration de mon blog. Et voilà que l'inspiration m'arrive trop tard ! Tant pis, faut que ça sorte, bloc-note assouvira ma soif de caractères ascii, et le billet du blog aura 24 heures de décalage avec la réalité.


Je suis dans ma chambre d'hôtel de Bhubaneshwar.

Dans 9h30, parents, frérot et fillettes se découvriront.

Ce matin à l'hôtel de Delhi, Isabelle notre psy avait organisé une petite réunion de discussion pour que chacun expose ses ressentis, ses interrogations. QUel chance ont ces familles, c'est génial ! "Comment se passera la rencontre" est bien sûr au centre des débâts.... Ils ont leur imaginaire de parents. Je sais que les filles ont le leur aussi, basé sur ce qu'elles ont vue de leurs amies déjà parties, et sur l'album photo qu'elles doivent connaitre par coeur. Et moi aussi j'ai mon idée imaginaire de ces rencontres... Alors C'est émouvant de les entendre parler, quel beau moment d'échange.

Bhubaneshwar,le soir dans notre hôtel indien rempli exclusivement d'indiens ... et une poignet de français ! Il y a un concert "live" dans notre resto. Un homme chante puis c'est au tour d'une jeune et belle femme à la voix envoutante. Elle me berce... Je pense à la maison en savourant un paneer tikka, les blues de la fête des mères sans pouvoir les serrer dans mes bras ressurgit...

Les conversations à notre table vont bon train. Tout le monde se régale du repas indien copieux (malgré les chilies que j'aurais du mentionner lors de la commande !). L'ambiance et bonne, les fourchettes marchent à plein régime, et les cordes vocales aussi ! Mais moi, j'ai mon idée imaginaire du lendemain qui me trotte dans la tête. Bien sur il y a toute mon expérience perso qui fait que j'anticipe pas mal sur le lendemain.

Mais il y a le côté incroyable de ma situation. Celle de connaître les deux bords du rivage.

Ces 3 familles, je commence à bien les "connaitre". On a beau faire, mais y a rien de mieux qu'un voyage en Inde pour apprendre à bien se connaitre !!! Chacun a maintenant sa place dans le groupe, homogène, solidaire et uni, dans les joies, les rires, les échanges.... (quel plaisir pr les accompagnatrices !!).

Les 3 fillettes, je les connais aussi, pour les avoir cotoyé pdt 3 jours quasi non stop à l'orpheu. Je les ai vues au début, timides, petrifiés,me regardant comme si j'étais un ogre.

Puis je les ai vu se détendre peu à peu avec moi, puis me séduisant, puis plus naturelles avec moi et j'ai pu les observer avec leurs copines dans leur vie de collectivité... ALors forcémment maintenant, je devine à l'avance celle qui risque de nous faire des caprices de star (et j'imagine comment les parents vont réagir !!!), je suis prête à parier que celle là sera la première à tester les limites des parents, qu'une autre sera le plus longtemps timide et en retrait ou versera des larmes.... J'ai aussi le souvenir de ces petites mains se lovant dans la mienne, de celle qui essayait toujous de capter mon attention en faisant discrètement mais efficacement l'idiote, de ces câlins volés malgré moi, de mes caresses sur leur cheveux brillant et sentant bon le lait de coco. J'ai le souvenir d'un petit menton entre mon pouce et mon index tandis que ces yeux noirs me lancaient de l'amour brut de fonderie. Je me souviens de leurs délires lorsqu'elles ont répété bêtement un de mes "on y va", toutes fières d'avoir appris une expression française bien à elles..

Alors ces 3 rencontres, je les imagine bien concrètement avec dans mes tête bien plus de cartes que tout le monde. Mais pour rien au monde je ne les abattrais sur le tapis ces cartes. D'abord pour préserver une partie du mystère de ces moments magiques. Aussi pour que les familles ne partent pas avec un apriori sur les petites, qui en plus ont peut être changé depuis ma dernière rencontre avec elles. Et heureusement d'ailleurs, car ces rencontres peuvent être si imprévisibles : parents, enfants peuvent se transformer totalement dans ces moments uniques.... Alors je garde au fond de moi cet imaginaire secret...

Voyons voir... J'ai hâte. Sans appréhension, car j'ai une confiance absolue... Les deux berges du fleuve, je les connais, et elles vont enfin pouvoir se toucher.

Je serai une fois de plus émerveillée et témoin privilégiée de ces instant précieux, le moment magique de la pose de la pierre finale du pont qui les unira à toujours.

L'aboutissement d'un long travail pour notre équipe aussi. PLus d'un an que nous attendons tous ce moment. Plus d'un an qu'on se bat tous pour la finalité, dans quelques heures, enfin. Finalité ? Non le début, la genèse de ces 3 adoptions.

La vie est un long fleuve tranquille.

Voilà tout ce que je souhaite sous ces 3 ponts.

9 commentaires:

Myriam a dit…

Je viens de lire votre post et j'en suis toute retournée ; je n'avais pas imaginée ce que pouvaient penser/ressentir les personnes qui accompagnent les postulants sur ce chemin vers leurs enfants. C'est très beau ce que vous dites.
Merci.

Mimi a dit…

Très émouvant...surtout de lire ce que toi tu peux ressentir en accompagnant ces familles vers leurs enfants.

Anonyme a dit…

C'est très émouvant! je suis ce blog depuis de nombreux mois...et ce billet a une profonde répercussion en moi aujourd'hui. Je suis en Afrique pour adopter Noah, et je mesure la chance qu'on les parents qui adoptent via votre OAA d'avoir deux accompagnatrices avec eux! nous sommes ici sans aucun membre de notre OAA, et on se sent bien seul...pendant les 6 semaines du séjour, voire 8 semaines pour certaines familles! alors continuez à accompagner les parents comme vous le faites, c'est magnifique et leur permet sûrement de démarrer leur histoire sur de bonnes bases!

Isa, fidèle lectrice

Jan a dit…

Très émouvant. Les larmes de joie coulent sur mes joues pour le récit mais surtout pour la projection. Dans 2 jours, nous serons là aussi à Bhuba fébriles, impatients, curieux, inquiets... pour notre rencontre et le début de notre nouvelle vie à 3.

Ici en Belgique en train de finaliser les préparatifs du départ, cela me semble si proche mais aussi encore un peu irréel.

En espérant que nous nous croiserons à Bhuba.

Marielle

Moushette a dit…

Marielle tout s'est tres bien passé pr les 3, et ca se passera tout aussi bien pour la tienne ! Je l'ai vu elle est tres mimi !!! Who knows, on se croisera peut etre à delhi ou a bhuba ?

n'hésite pas à m'appeler sur mon mob si tu en as besoin.

Isa, je ne sais pas quelle est ton OAA et je comprends que c'est bien long. Appelle les, dis leur que tu aurais besoin d'un soutien psycho au teleph, ce serait deja une bonne chose ! bon courage, je sais ce que c'est, j'avais passé 3 mois en Inde avec mon fils (et j'ai vu un membre de notre OAA vers la fin du séjour !).

Virginie, maman d'Anaïs a dit…

Bravo Moushette ! Un beau billet comme je les aime...
J'ai les larmes aux yeux et je suis heureuse de relire mon charabia préféré !
Je savais qu'en Inde tu retrouverais ta plume et ton envie de blogguer ! Surtout ne disparait pas de la bloggosphère tu nous manquerais vraiment.
Profites-bien de ton séjour en Inde.
Gros bisous
Virginie, maman d'Anaïs

Carole a dit…

C'est FORMIDABLE tout simplement...
Carole

nissa a dit…

Merci Moushette pour ce partage... En effet, comme tu le sais, j'en suis qu'au début... et je me dis, quel pari fou...
Et là, toi en tant que "pro" tu me dis "non pas quel pari mais quel travail d'observation, de relations..."

Agnès a dit…

Eh ben alors ? Des moments comme cela doivent balayer tous ces moments de doutes. Vous ne vous rendez pas forcément justice, vous faites un travail formidable avec EDE ! Comment ferait-on nous si vous n'étiez pas là !

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails