mardi 31 mai 2011

Il n'y a pas d'âge pour apprendre !

Bon aller, vaut mieux tard que jamais. J'ai bien envie de vous parler du stage COPES que j'ai suivi il y a 15 jours.

Je vous résume en deux coups de cuillères à pot mon impression générale : j'ai A DO Ré !!

Notre groupe, une quinzaine de femmes (bin ouaih aucun mec, moi qui bossais avant dans un milieu très masculin-macho, ça me change !) était un mélangé équilibré de CG, ASE, OAA et autres intervenants dans le domaine de l'enfance. Les échanges étaient dynamiques, passionnants et complémentaires, c'était un véritable plaisir. Et d'ailleurs, je dois vous l'avouer, j'ai bcp participé à ce stage tant les sujets évoqués m'inspiraient (genre limite soûlante à force du foncer dans le hors sujet et broyer le timing !).

Ce stage était co-animé par Anne-Marie CRINE, psychologue, et Sylvia NABINGER, docteur en droit de la famille. Leurs expériences terrain (notamment Sylvia au Brésil), leur pêche, leur gentillesse et leur passion ont donné un très bon rythme au stage. Elles au moins ne machent pas leur mots et ne se perdent pas en futilités, elles vont direct au fond de leur idée ! Le temps passait à une vitesse impressionnante (car oui je vous l'avoue les conf's très généralistes ras la moquette de théories et de "yaka" peu concrets, ça me sature assez rapidement...), et j'ai adoré re-visiter des thèmes bien concrets du travail des OAA tel que les entretiens d'évaluation, la préparation des postulants, la rencontre avec l'enfant, les suivis post adoption etc. J'ai particulièrement aimé leur analyse sur les étapes constituant l'attachement, les réactions au stress. J'ai découvert avec plaisir nombre de métaphores et d'images qui permettent aux parents de comprendre plus facilement ce que vivent nos enfants (ahhh, les masaïs, les ponts, les capitaines, les poupées russes !!!)...  Oui, c'était de la psycho 100% pur jus,  tout en restant les pieds sur terre dans le concret de leurs expériences personnelles ou rapportées.

Les thèmes abordés et les théories présentées nous (ma pdte et moi) ont permis de re-réfléchir à nos méthodes de travail, et ainsi tenter de nous améliorer. Cela m'a permis d'analyser et comprendre bcp de choses que je faisais au feeling (surtout en Inde), re-travailler et perfectionner le perfectible. Je ne vous dis pas que j'étais d'accord avec toutes leurs théories et propositions de méthodologies de travail ou "recettes", non clairement, mais au moins ça permet d'y réfléchir autrement !

Cela fait du bien de partager, réfléchir, prendre du recul sur son travail et ses méthodologies. Que ce soit pt de vu EdE, ou point de vue de maman avec ses propres mioches adoptés ! Et partager, échanger, comparer nos points communs et différences avec d'autres acteurs de l'adoption nationale est internationale était absolument génial. Bref, j'ai été ravie de ce stage, et je le conseille vivement à tous les intervenants dans l'adoption !

Pourquoi le titre de ce billet ? Parce que certains  intervenants d'OAA (pas ceux qui étaient avec nous bien sûr), ont déclaré il n'y a pas longtemps, avec un dédain  qui en dit long, qu'ils n'avaient plus besoin de stages COPES car ceux-ci ne leur apprenaient rien; (et hop vas-y que je te crache dans la soupe des formations COPES) ! Bof, moi je suis désolée, mais cela sert toujours de réfléchir à son métier, et de prendre qqs instant pour prendre du recul, quelque soit le domaine et le nombre d'années d'expérience. Quand il n'y a plus rien à apprendre dans un métier, cela veut dire... que c'est le moment de prendre sa retraite !

En tout cas, moi, je me sens bien loin, de la retraite...


Photo d'Anne-Marie avec Dr. Chicoine, très souvent cité lors du stage. J'espère bien pouvoir le rencontrer à l'occasion de son prochain passage en France !

9 commentaires:

mirtille a dit…

Ha ben voila Moushette croque à nouveau sa passion à pleine dents ...!!!! très bien si ce stage t'a fait du bien !
Tu as raison c'est très bien de prendre du recul, de réfléchir et de se remettre en question....

Désolée je n'ai pas osé t'aborder au pique-nique, je ne suis pas timide mais je me gène un peu.

Anonyme a dit…

Bonjour Moushette,

Serait envisageable que vous nous fassiez un petit topo sur les métaphores qui permettent aux parents de mieux comprendre ce que vivent leurs enfants ? Merci et aussi pour vos messages qui donnent la pêche !
Lola

patraque a dit…

Quel enthousiasme ! Ca donnerait même envie de suivre ces formations même si je ne suis pas intervenante dans le domaine de l'adoption.
Patricia

Anne a dit…

comme patraque, ça donne envie, c'est un domaine très passionnant l'adoption, parce que ça fait intervenir plein de choses...
lola, le pont (de singe?) tu trouves dans la conf de JVM EFA13 (j'aime bien l'illustration chez Julien...)

Moushette a dit…

@mirtille, pas grave, tu m'as au moins dit bonjour, c'est déjà ça !v(non pasque d'autres n'ont même pas eu le temps de me dire bonjour, même de loin... ça m'attriste).

@lola : en fait j'ose pas trop pr les métaphores car ce sont leurs outils de travail. si je mets tout sur le blog en version raccourcie et sans ttes les subtilités, ca risque de perdre de son sens ? menfin pr résumer les masai : faut imaginer un petit enfant français, qui se fait adopter pr des parents masai, on lui rase la tete, on lui fait boire du sang de boeuf, et il dort à meme le sol dans une case qui sent la bouse de vache et voit défiler toute la famille masai.... bien sur les masais c nous...

@anne et patraque : oui c passionnant, ce stage me servira pour pas mal de trucs hors adoption. l'adoption me fait réfléchir à tant de choses, que serais-je sans l'adoption ???

les ponts (et les bateaux et leur capitaine) font partie apparement des grandes images classiques pr parler du vécu de nos enfants adoptés. sans doute bcp de pros de l'adoption en parlent. le pont de julien, je l'ai trouvé drole, mais ce que je ressens pas dans cette métaphore, la profonde fragilité de l'enfant qui tombe lorsque les ponts se cassent. l'enfant qui croit mourir lorsqu'il tombe dans l'eau froide, c'est surtout ça que je retiens de cette métaphore. nos enfants ont cru mourir à chaque abandon, c'est affreux, mais c'est surement ce qu'ils doivent ressentir....

Tartine et Tortillage a dit…

Ca devait être passionnant. J'aimerais suivre un stage comme celui là.

carole a dit…

Je suis régulièrement des stages (dans un tout autre domaine) et je suis surprise à chaque fois de la richesse qu'apportent toutes ces rencontres, probables ou plus improbables... Soit tout seul, on apprend jamais autant, forcément...

Dans le domaine de l'adoption ce devait être passionnant. Pour vous bien sûr et pour les autres de vous rencontrer...... Nous, on doit attendre des picnics où on peut même pas vous approcher... À quand vos propres stages ??

Bises,
Carole

Lollipop a dit…

Très intéressant tout ça et je suis ravie de voir l'implication et le dynamisme de votre OAA, dommage que tous les OAA justement ne voient pas l'utilité de ce genre de stage. Ils passent sûrement à côté de quelque chose de bien mais ce qui est plus dommageable, c'est que ce sont les enfants et les adoptants qui font les frais de leur immobilisme.

Anonyme a dit…

Merci Moushette et Anne pour vos pistes !
Lola

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails