jeudi 1 mars 2012

Je ne suis pas un héros !!!!


Julien, un adopté bloggeur et copain virtuel sur les réseaux sociaux, a mis récemment en lien sur son mur FB un article traitant de l'adoption "humanitaire" qui m'a fait réagir et réfléchir sur un sujet qui me titille depuis longtemps. Il avait aussi rédigé un billet sur le sujet ici.

Aaaah. L'adoption dite "humanitaire", vaste sujet que maîtrisent bien tous les postulants à l'adoption, les adoptés et les parents adoptifs...

Pour ceux qui ne connaissent pas, l'adoption dite humanitaire, c'est quoi ? Ce sont ces familles qui veulent adopter uniquement pour des raisons humanitaires tiens! Pour faire une BA en quelque sorte. En vulgarisant un peu cela donnerait des parents qui veulent adopter "pour donner une famille à un pauuuuuuuvre orphelin", "sauver un enfant de la misèreuuuu" etc etc.

Ces adoptions là ont pas mal existé en France dans les années 60-90 en France. Certains adoptaient comme d'autres achèteraient leurs cartes de voeux chez Unicef. Mais de nombreuses de ces adoptions se sont soldées par des échecs familiaux cuisants car le projet familial ancré sur ces bases humanitaires n'était pas suffisament solides... Ce "profil" de famille postulante à l'adoption est donc devenue une des bête noire des DDASS délivrant les agréments, fameux "sésame" autorisant les familles à adopter ; tout les postulants le savent bien, s'ils veulent décrocher leur agrément, il ne faut surtout pas employer avec les psys et AS des DDASS le mot tabou , le mot "humanitaire" ! Sinon ils risquent de se retrouver éliminés de la partie avec un "refus d'agrément" sans passer par la case départ ou bien de tirer la carte "Pas d'chance, il faut refaire plusieurs entretiens complémentaires pour analyser ces motivations suspectes"...

Mais honnêtement, une fois les étapes préliminaires de l'agrément passées, y-a-t-il encore en France aujourd'hui, beaucoup de couples essentiellement motivés par des élans humanitaires ? Certes, il doit y en avoir encore qqs poignets, des postulants "puristes humanitaires" qui se présentent au premier entretien des l'agrément, une rose à la bouche, pensant sauver un petit orphelin similaire à celui qui les avait ému dans un JT sur un pays miséreux du tiers monde. Mais face au délais, face à la situation de l'adoption internationale où les délais se comptent souvent en demi décennies, ces humanitaires en herbe doivent sans doute se rabattre sur l'achat des cartes unicef, parrainages, et dons aux ONG pour assouvir leur besoins de bonnes actions ? Peut on réellement parler de geste humanitaire lorsqu'on a pris conscience du fait qu'il y a plus de parents postulants en attente que d'enfants adoptables ?

Ces humanitaires refoulés dans leur désir de bien faire avec un orphelin, beacoup de parents adoptifs (et sans doute adoptés adultes) en ont déjà croisés. On les reconnaît vite, à leur regard libineux sur nos mouflets auquelle se rajoute le "Ah moi aussi aussi j'aurais bien aimé, j'ai failliiii adopté, c'est tellement boooooo ..." Ouaih, sauf que tu l'as pas fait bouboule, hein, mais merci pour ta carte de voeux achetée chez une ONG, c déjà ça !

Non, moi je pense (humblement, de mon expérience de bénévole et de ts les postulants que je croise) que chez les postulants (avec un agrément et qui ont déjà attendu 2-3 ans pour une attribution), qu'il n'y a presque mais alors vraiment presque plus de postulants humanitaires. La plupart d'entre nous sommes des purs "égoïstes "comme avides d'assouvir leur désir ardent de devenir parent d'un enfant, agrandir leur famille, sans avoir l'impression de se transformer en superhéros pour ça...

Mais malheureusement, ce regard sur l'adoption n'est pas celui que posent la plupart de nos concitoyens aussi agérris sur le sujet que les adoptants, les adoptés et leurs proches. Pour le français lambda, l'adoption c'est avant tout un acte humanitaire associée à une certaine dose d'héroïsme. Beaucoup l'avouent à demi mot "ah moi je n'aurais jamais pu faire ça". Et la plupart nous l'expriment en nous sortant l'éternal et incessant :

"AAAAAAAAAAAAAh. Qu'est ce que c'est bien ce que vous faites".

Sous entendu, quelle belle action vous faites en vous occupant d'un pauuuuuvre, pauuuuuuvre norphelin tout seul et nabandonné. Et si on les laisse développer sur le sujet, il vont enchaîner avec la phrase culte :

"Il en a de la chaaaaannnnce..." (le pauvre norphelin abandonné d'avoir été adopté par Goldorak et Wonderwoman sans son fouet et ses autres accessoires SM...).

Comme bcps adoptants, j'ai bien tenté de combattre ces moulins d'ignorance avec la phrase classique qui inverse la chance en un minimum de syllabes : "Mais non, c'est nouuuuus parents qui avons de la chanceuuu".

Mais souvent cette phrase a autant de répercussion qu'un gravier jeté dans un puit de 100 mètres de profondeur.... Alors j'ai bien tenté la réponse suivante : "Non mais si je ne l'avais pas adopté, mon mioche, c un couple de 'ricains qui l'aurait fait à notre place n'inquiète, j'ai rien fait d'extraordinaire pour mériter tant d'éloges !!". Mais là je me suis pris de regards affolés devant mon manque d'humanisme évident, alors j'ai arrêté, et j'ai laisse bêtement les moulins tourner dans leur ignorance ou tenté d'inverser le sens de rotation d'une façon plus académique....

Souvent dans ces cas là j'imagine avec effroi ce que peuvent ressentir les adoptés lorsqu'on leur fait ce genre de remarque, surfant sur la culpabilité du "tas intérêt à être sage avec tes parents pasque tas eu de la chance, tu sais...". D'ailleurs une fois, lorsque la phrase "ils ont de la chance" a été prononcée devant mes enfants, je n'ai pu m'empêcher de répondre que non, nos enfants n'avaient pas de chance, la preuve, il n'y a pas de wii dans notre foyer !!! Acquièsement garanti immédiat et total par les enfants "ouaih c trop nul on a pas d'chance !", gloussement familial collectif pasqu'on est tous assez second degré devant l'interlocuteur ahuri, et surtout, exit le quelconque sentiment de "nous devoir qqchose" chez mes enfants...


M'enfin retournons à nos moutons : les postulant humanitaires à l'adoption existent-ils encore ? Je parle des puristes, les durs de durs, ceux qu'ils veulent s'acheter leur place VIP au paradis ou racheter leur mauvaise consciences d'occidentaliste-qui-a-tout en soignant un petit norphelin. Sans doute, mais ils doivent être bien minoritaires, et sûrement pas représentatifs des couples postulants à l'adoption d'aujourd'hui. Pourtant, on en parle encore beaucoup, la preuve lors du séisme en Haïti, lorsque certains "professionnels" et ONG brandissaient le spectre du tsunami de postulants humanitaires prêts à tout et nimporte quoi pour sauver tous ces enfants victimes du séisme. Non, pour moi la réalité est autre, la majorité des parents en attente de l'adoption sont bien des parents, futurs parents animés par un projet de parentalité solide et réfléchi, bien loin des actes héroïques et humanitaires.

Et même ? L'adoption humanitaire est-elle si mal que ça, est ce si pécher que le présentent certains professionnels ? Est-ce courir vers la catastrophe de dire qu'on l'on adoption aussi, un peu, par engagement humanitaire? Est criminel ou dangereux d'avouer en entretier DDASS que l'adoption correspond aux valeurs éthiques auxquelles ont tient ? Que dire de ces familles postulantes qui souhaitent adopter même s'ils sont fertiles et on déjà des enfants biologiques ? Que dire de ces familles acceptant enfants grands, lourdement handicapés et porteurs de maladies graves, fratries ? Un peu d'humanitaire ne peut il pas cohabiter avec un projet parental solide ? Je pense que oui, du moment que le désir d'être parent est bien plus fort que celui de l'humanitaire.

Dans le mot "humanitaire", il y a le mot humanité, l'adoption n'est elle pas un exemple parmis tant d'autre de l'humanité de notre espèce ? Et que dire de ces adoptions américaines, de familles qui adoptent des enfants gravataires, lourdement handicappés, infirmes, en clamant haut et fort que c'est leur engagement humanitaire et chrétien et dont les familles et enfants sont comblés par de telles adoptions présentées comme hérétiques en France ?

Beaucoup de questions, surement bien plus de réponses et de contre vérités, mais en tout cas ce qui est sûr c'est que l'approche française de ce sujet par bien les médias et certains pros (aller, un peu asbeen, reconnaissons le !!!) ne correspond pas à la réalité de la grande majorité que je cotoie. Dommage que ce soit l'image que retiennent les commun des mortels de nos projet familiaux...

Bon et sinon, courrez lire et surtout commenter le billet de Kakrine, qui parle d'une conf' faite par PLS qui tente de donner des solutions pour tenter de limiter les échecs dans l'adoption. Ce sujet me tient à coeur, bcp, bcp, j'ai bien du mal à en parler ici (mais je finirai bien par y arriver, dans le respect de ts !), et je trouve hallucinant que personne n'ait encore commenté son billet l'intervention de PLS (qui tiens, y parle des adoptions humanitaires, suivez mon regard...) !!!!

17 commentaires:

Julien ChAbAdA a dit…

Quand tu reviens blogguer Moushette, j'adore !!!

Et si je devais commenter le billet de Kakrine rapport à PLS, je crains d'avoir du mal à rester correct quand à ses thèses...
Mais il est sans doute marqué par sa patientèle pédopsychiatrique (qui doit compter de réels adoptés et adoptants en grandes difficultés et souffrance) mais il ne devrait pas verser dans l'induction : c'est à dire partir de son expérience de pédopsychiatrie (respectable et à respecter) pour généraliser à toute la population des adoptés et adoptants... La généralisation est l'ennemi dans ce cas, sans nier les cas très difficiles ou dans l'impasse évidemment...

Et franchement Moushette, C'est bien ce que tu fais (revenir blogguer je veux dire pour recadrer les choses et faire part de ton expérience...MERCI !!!
Tu peux ranger ton fouet de 'WonderWoman' par contre... ;-))

les pols a dit…

rhoo punaise, tu ne postes pas souvent mais quand tu le fais !!
Je me retrouve tellement dans ce que tu dis avec les reflexions sur la chance de notre enfant, et que c'est boooooo ce qu'on a fait.... Et pintade, je ne l'ai pas fait pour ça espèce de débile (j'aimerais tant pouvoir leur balancer mon uterus deformé en pleine face)
gros bisous ma belle ne change pas ; ça fait tellement de bien

Moushette a dit…

@julien : bon bin pas de tarte au citron meringuée si je dois ranger mon fouet.... ;-). Je pense malgré tout que c'est important de contrer les thèses de PLS, encore et encore, peut être qu'un jour il sera plus dans la nuance...

@pols : ouf j'ai lu trop vite tom comm', et je pensais que c'était moi la pintade, lol !!! j'adore que ca te fasse réagir comme ça, yeesss !

Nenette a dit…

C'est la très grande forme!!!

J'ai aussi beaucoup aimé le dernier sujet de Julien.

Je fais partie des dix pour cent de "familles postulantes qui souhaitent adopter même s'ils sont fertiles et on déjà des enfants biologiques", merci d'avoir si bien parlé de nous, loin du politiquement correct, ça change!!!

Greg a dit…

çà doit être balaise de faire monter les blancs en neige avec le fouet de wonderwoman. Buzz assuré avec une vidéo :-) (en costume évidemment)
Mais gare au dérapage http://blogs.rue89.com/vivelapub/2012/02/26/la-pub-plus-sexiste-que-jamais-226685

mirtille a dit…

J'apprécie toujours autant ta façon de voir les choses et tes différents sujets qui nous amènent à réfléchir, d'avoir la possibilité d'évoluer dans nos réflexions .

Anonyme a dit…

Bonsoir Moushette,

Moi aussi je fais partie des 10% et j'en ai passé des nuits blanches à chercher la réponse à "Mais pourquoi vous voulez adopter ? ". Peut-être gavés d'Envoyé Spécial, de chansons à message, de journées "bol de riz" depuis notre plus tendre enfance, nous adoptions "humanitaire" à l'insu de notre plein de gré ! Mais non, 6 mois de psy m'ont "rassuré" sur la viabilité de notre projet ! Merci Moushette (et Julien) pour cet éclairage .
Hélène

celnico and co a dit…

bon retour sur la toile moushette cs me fait bien plaisir de te lire a nouveau et surtout pour des messages comme celui la !!! Ici on ne fait pas partie des 10% avec enfants bios mais de ceux qui ont adopte une fratrie (et a 30 ans svp !!) donc forcément toutes ces phrases la on les a eu. Et d'ailleur, quand on nous pose la question de savoir sivson on ne pouvait pas en avoir (sous-entendu "vous êtes pas fertile) je répond souvent : "pourquoi ? Ça change qq. Chose ?".
On a aussi souvent ce cote "humanitaire" etiquette avec une fratrie : "c'est bien ce sont de vrais frères et soeurs!!"...réponse toujours identique, ha bon qu'est ce que ça change, on est encore plus méritants et on ira au paradis deux fois ???
Merci encore pour tes messages, perso j'adore le ton !
Celine maman de deux perles d'ethiopie et en route vers le numéro 3 (ben oui le paradis c'est jamais deux sans trois !!!)

pingoofamily a dit…

Merci pour cet article revigorant! Oui au début on pense aussi humanitaire, puis l'egoisme naturel reprend le dessus!
Et vive les adoptions chez les couples pas forcément stériles voire avec enfants bio, car il faut de tout pour faire un monde!
Corinne, maman de Victor (je dis maman tout court, car c'est réducteur de dire maman adoptive...)

les pols a dit…

Moushette !! Jamais je ne me permettrais de te traiter de pintade !! LOL !!! Et pour corroborer ton article encore hier soir lors d'une petite fiesta ; un mec m’arrête et me demande en parlant de mon titi : vous l'avez adopté ?? (je repense à ce moment-là à ton post et je me retiens de lui dire : ben non j'ai des gênes asiatiques récessifs duschnock !!!!) et j'ai encore eu droit à c'est beau ce que vous avez fait auquel je réponds : non, c'est totalement égoïste, je voulais être maman à tout prix donc pas d'autre solution.... mais j'ai tellement pensé à toi !!!!

Mimi a dit…

Envie d'être parents, totalement égoïste, c'était pour moi le désir si fort d'être Maman.

Il y a comme tu le dis le mot humanité dans humanitaire...peut-être de faire le choix de ne pas tenter à tout pris d'avoir un enfant bio par des traitements et de se tourner vers l'adoption peut être pris comme un geste humanitaire chez certaines...
Tout comme je pense bien que d'être parents de plusieurs enfants peut aussi sembler être quelque chose d'humanitaire...

Nenette a dit…

Il faudrait trouver un autre mot pour distinguer les adoptions "humanitaires" (les familles qui souhaitent agrandir la famille autrement sans problème de fertilité, s'ouvrir à un enfant grand ou handicapé) des adoptions humanitaires (les couples qui veulent sauver un enfant après avoir été ému devant un documentaire ou des infos sur des orphelins, après une catastrophe etc). Les derniers ne vont pas au bout à mon avis, aujourd'hui en tout cas.

séverine a dit…

Que d'émotions ce post car il colle parfaitement a notre vécu, a notre première enquête et ce matin j ai deja le coeur lourd car l adoption est un véritable parcours du combattant et ma crainte est qu il ne puisse aboutir malgré ce désir puissant et cette envie d aller jusqu au bout!!! nous avons abordé notre première enquête en toute sincérité, nous avons évoqués notre expérience en Inde, notre désir de soutenir l'enfance en détresse et nous avons été catalogué"adoption humanitaire". Malgré ce désir d aider les gosses qui en ont besoin, nous avons ce profond désir d'être parents et ce sont deux projets distincts meme si parfois ca peut se mélanger un peu.Combien de parents adoptants oeuvrent aussi pour des actions humanitaires en faveur de l enfance en détresse?voila ce que nous avons dit a la commission, nous faisons parti de ces gens la et du coup cela n 'a pas été en notre faveur pour l 'agrément.p
Je ne suis pas stérile(suspiscion supplémentaire pour les enquêtes et en plus j avais pas encore de diagnostic de certitude, on a eu tendance encore pour me prendre pour une hypochondriaque qui fait un blocage par rapport a la grossesse) mais j ai une maladie auto immune et je ne tiens absolument pas a flipper toute ma vie en me demandant si j ai pu transmettre les mauvais gènes et avoir rendu mon gosse malade(ma tante a la meme maladie). de toute façon la filiation adoptive si chère a mon coeur aurait fait parti de ma vie même si j avais été en bonne santé mais il aurait été sans doute moins douloureux de se lancer dans le long parcours de l'adoption avec deja un enfant biologique a dorloter...nous recommençons une nouvelle enquête et avons choisi de ne pas parler de notre expérience humanitaire en Inde cette fois...j ai le moral dans les chaussettes ce jour, l adoption est deja un difficile parcours mais je crois bien que c est pire avec une maladie, j ai peur que notre projet n aboutisse pas.

Moushette a dit…

@nénette : héhé le politiquement correct c pas mon truc, je suis faite d'aspérités, chez certains ça passe, chez d'autres ça casse !

@greg : heu comment dire, bin non dsl, moushette a des limites à sa pudeur, lol !!!

@mirtille : merci ca me fait bien plaisir ca, vraiment, car c ce que je cherche (mais ca devient de plus en plus dur de trouver des trucs originaux, l'impression d'en avoir fait le tour) !

@LN : bin moi je crois que j'ai du faire trop de scoutisme (ca c pour mon coté bénévole !!) pdt mon enfance ... ;-)

@celine : quoi vous aussez vous lancer dans l'adoption d'un troisième FAUX frère ou soeur ???!! non mais c scandaaaaaleux ca !!! plein de bonnes choses pour ce beau VRAI projet !! ;-)

@pingoo : absolutely, faut de tout pour faire un monde (meme les imbéciles malheureusement), le tout c'est de garder les yeux ouverts, car le pépites ne sont pas forcément là où on le pense !

@pol:cooootcooooot (ca c mon coté pintade) : tu as vraiment répondu ca ?? et la personne a fait quoi, regardé ses pompes puis est allée chercher un pelle pour s'enterrer ???!!!

@mimi : ca me fait plaisir que tu reprennes cette expression "dans le mot humanitaire il y a le mot humanité". Car le mot humanitaire est presque plus péjoratif de nos jours que positif ! L'humanité oublierait-elle d'être humanitaire ?

@nenette : pour reprendre une phrase qui m'a bcp plu que j'ai entendu récemment sur l'adoption :

ah bin non, cela fera le sujet d'un billet, tiens !

Moushette a dit…

@severine : oui il est plus prudent de modérer ses propos sur les engagements humanitaires (sans non plus les occulter totalement, juste une question de packaging). Mais votre expérience en Inde peut vous permettre de mettre en avant votre connaissance sur les enfants originaires d'Asie, sur l'avancement dans votre cheminement de l'image que vous avez de votre enfant imaginaire, de votre voyage vers votre enfant, des liens que vous pourrez l'aider à retisser avec son pays d'origine etc. Vaut mieux éviter les phrases style "aider des enfants en détresse", mais plutot parler de votre enfant que vous allez élever et comment vous vous projettez avec lui ! Quant à la maladie auto immune, cela peut être un argument en votre faveur car cela prouve que vous aurez sans doute "fait" (je mets des guillemets car j'ai horreur de cette expression) votre deuil de l'enfant bio plus rapidement que d'autres puisqu'il y a ce risque de transmission génétique ? bon tiens, ça aussi ça me donne une envie de billet...

merci de m'inspirer fidèles lecteurs (comme quoi mirtille, finalement l'inspiration peut vite revenir !)...

séverine a dit…

mon cas est assez particulier je pense,les douleurs dorsales que j' ai ressentie dès l adolescence m' ont difficilement permis de me projeter physiquement et psychologiquement dans une grossesse. Jusqu'a que je comprenne que j etais malade je comprenais mal pourquoi cependant je n avais pas comme "tout le monde" ce désir d'enfanter. j' avais 23 ans lorsque nous passions dans cet orphelinat dans la banlieu de Delhi et nous nous somme rendus compte que nous n aurions aucune difficulté à aimer fort un enfant venu d'ailleurs. D'un autre coté bcp d'enfant auraient été probablement heureux d'avoir des parents plutot que de vivre dans cet ashram maltraitant, alors l'adoption nous est apparue comme une évidence. C'est là bas que mon instinct maternelle a commencé à me prendre aux tripes, que je me suis prise d'un amour débordant pour une petite fille et j en ai bcp souffert... L' adoption a tjs été pour moi quelquechose de naturel et puissant mais dans notre société c' est assez atypique alors on peut vite tombé dans les préjugés,les suspiscions.Nous recherchions a vivre une expérience humanitaire dans cet orphe mais inconsciemment aussi il est fort possible que nous étions la bas pour valider un projet parental. Notre projet émane d'un fort désir parental avant tout mais on peut vite faire la confusion vu notre histoire complexe...L' humain est aussi au centre de nos priorités et le restera!Je ne suis pas sure que nos prochains interlocuteurs seront assez fins pour comprendre la complexité du truc donc on en parlera sûrement pas. Dans mon cas le deuil de l enfant bio a été quasi inexistant et facile car l adoption prenait déjà toute la place dans mon coeur.l' annonce de mon diagnostic n 'a fait confirmer que l 'adoption était la meilleure voie pour nous.

séverine a dit…

même si le chemin est long et semé d'embuches...

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails