mardi 3 décembre 2013

Le VRAI et le faux...



Que de semaine se sont écoulées depuis mon dernier billet. Que de changements dans nos vies depuis, que d'événements aussi. Nouvelle maison, nouveau bled de résidence, nouveaux rythmes de vie, découverte de la vie de collège avec Nishal, découvertes de bugs dans notre nouvelle maison à gérer en urgence, mais grand plaisir d'y être, malgré le deuil qui nous a frappé de plein fouet sans crier gare, et nous a plongés dans un chagrin infini le lendemain de notre déménagement. La famille s'est resserrée pour affronter l'épreuve, chacun à sa façon a pu exprimer son chagrin, sa frustration, sa désolation. Notre vie a changé, mais nous avons changé aussi, moi notamment, ce virage dans nos vies a été l'occasion de passer à autre chose dans bien des domaines (j'ai perdu mon humour caustique et j'ai beaucoup de mal à écouter autre chose que du classique, quel malheur !!!!).

Qu'est-ce-que la famille, la VRAIE famille ? Gabriel, notre dernier, qui n'a vécu que 2 ans en France, a lui aussi vécu et exprimé son deuil de perdre son grand-père paternel trop tôt et de voir toute la souffrance des autre membres de la famille. Il n'avait eu que deux ans pour le connaître, mais on chagrin était VRAI, ses questions étaient précises, son angoisse était visible. Nul doute que les VRAIS liens familiaux sont bien loin des liens génétiques...

Notre famille a chancelé, a tangué dans cette période longue en épreuves, rebondissements, stress et fatigue. Et comme à chaque période éprouvante, nous avons chéri les VRAIS proches qui ont partagé notre douleur et montré leur affection par leur gestes, leur présence, leurs tendres mots. Je parle de notre cellule familiale à 5, mais je le constate aussi, autour de ma belle-mère, subitement seule, et dont la vie est bien plus transformée et remplie de souffrance et de vides à combler que les nôtres.

Dans les longues étapes du deuil, nos VRAIES richesses brillent encore plus qu'avant, et comme un phare elles nous aident à avancer et à garder le cap. Merci à tous nos phares d'être là, certains se reconnaîtront sans doute à la lecture de ce billet.


11 commentaires:

Sylvie la GB a dit…

des bisous et des pensées a toute votre VRAIE famille pour continuer a avancer....
Sylvie

Lalie37 a dit…

Sincères condoléances à toute votre famille, dans ces moments la, les liens de familles se resserrent un peu plus...
Lalie 37

Anonyme a dit…

Désolée Moushette que vous ayiez eu à traverser tout cela meme si "c'est la vie". Plein de bonnes choses encore à partager, à vous tous. Merci pour tout ce que vous écrivez et qui sonne si juste. D'une lectrice parisienne souvent silencieuse mais attentive...

Céline a dit…

elle est belle est vraie ta famille n'en doute jamais c'est la tienne

Moushette a dit…

@sylvie & Laly & anonyme, merchiiii...

@celine, merci aussi, et tinkiete je n'en doute pas une demi seconde !

malgré ce que nous dit la valérie L sur le sujet tiens : http://fr.news.yahoo.com/val%C3%A9rie-lemercier-com%C3%A9dienne-passe-d%C3%A9sir-maternit%C3%A9-%C3%A0-rebrousse-201527175.html

patraque a dit…

Que dire sinon que je pense bien à vous, surtout en cette période de Noël qui est une jolie fête mais qui est aussi un moment pas facile à vivre quand un être cher nous a quittés.

Bernardo a dit…

Le moment sans doute le plus fort le jour où j'ai perdu ma mère : Xavier, 10 ans, assis dans le couloir de l'hôpital devant la porte de la chambre de sa grand-mère, en pleurs, inconsolable. C'est, je crois, la seule fois où je l'ai vu pleurer "pour de vrai". Il nous a montré ce jour-là que nous étions ses "vrais" parents.

Janine Noel disait que c'est le grand-père paternel qui insère l'enfant dans la famille, c'est lui qui lui donne son nom. Son départ, c'est un bouclier au-dessus de nos têtes qui disparaît...

Con alma y carino
Bernardo

Moushette a dit…

@patraque, merci pour ses pensées.

@bernardo, merci pour ton témoignage touchant. Pour ma part, je retiens mon beau-père comme celui qui a été le premier à me tendre la main por m'accueillir dans leur famille dans un contexte pas simple, comme quoi, ce que tu dis ne s'applique pas qu'aux petits-enfants !

Mango Tango a dit…

Hello Moushette,

Merci pour ce billet et ce partage des éléments de la vie, y compris les deuils familiaux.

Toutes mes pensées pour toute votre famille.
Ceci dit, je ne pense pas qu' il y aie de " vrai" ou que cela doit etre accentué ( et qu il y aurait de faux parents - c est peut etre plus un complexe des parents je pense). Pour moi, ma famille d adoption est simplement ma famille, alors oui, comme pour toute famille l' on subit le deuil lorsqu'un membre de la famille décède.

Toutes mes meilleures pensées,

Mungli

Anonyme a dit…

Les liens génétiques sont vrais aussi. Les enfants adoptés ont de vrais parents naturels et de vrais parents de cœur et donc rien n'est faux.
Les rares fois où je vois mon père, que j'ai très peu connu, je me sens complètement submergée par de vraies émotions, venues de je ne sais où, de très très loin en tout cas. Cela n'a pas beaucoup de raison d'être, et pourtant je me fais surprendre à chaque fois...
Magali

les Alsaciens a dit…

Bises chaleureuses et réconfortantes à tous les 5,
ODILE

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails