mardi 20 avril 2010

L'adoption ce n'est pas que du HK.

J'aime cet article car il est sincère est assez vrai.

Oui, l'adoption est rarement aussi rose que chez Hello Kitty. Après la lune de miel de certaines rencontres, il y a la réalité pas toujours glamour.

Je l'ai un peu vécu, j'ai l'ai vu chez d'autres, je la verrai encore. Blues des parents complètement dépassés ou paniqués de ne pouvoir "aimer tout de suite", enfants provoc' ou velcro, regressions, violences, possessivité, rejets, tests incessants, paniques, besoins compulsifs, difficultés scolaires... Que les enfants soient adoptés bébés ou "grands", que les parents soient débutants ou pas, jeunes ou vieux, stériles ou pas...

Dans cet article, je trouve qu'on est loin du fameux "les échecs, ce sujet tabou mais pas tant que ça puisque la presse adoooore en faire des tartines", mais il aborde plutôt les difficultés que vont rencontrer beaucoup de familles.

Mais après tout, la maternité, c'est rarement aussi beau que ce que l'on voit sur les "bios" dans les pages glacées des photos des magasines tel que "Parent"...

Nous aussi on a le droit à nos ratés, aux démarrages diesels...

10 commentaires:

polluxe a dit…

C'est vrai dans "amour maternel" il y a amour et celui-ci ne vient pas automatiquement.

z e n c h a dit…

L'article original en anglais :
I Did Not Love My Adopted Child. The painful truth about adoption.
By KJ Dell'Antonia.

Slate.com

Anne a dit…

ca sonne vraiment juste!

Anne a dit…

"Mais les parents désireux d'adopter sont soit d'incorrigibles optimistes (moi par exemple), soit des gens à la foi profonde et inconditionnelle, et la plupart d'entre eux ne se rendent compte que les choses peuvent mal tourner -mais vraiment très mal- que lorsqu'il est trop tard."

Cette phrase me parle, parce que j'appartiens pile-poil au 2 profils de parents cités...évidemment, on ne tombera pas des nues si ça tourne mal (on ne pourra pas dire qu'on ne savait pas...), et en même temps, ça nous tombera sur la tête parce que ce 'est pas ça qu'on "désire"? "espère"? "attend"? (je ne trouve pas le bon mot).
Quelque part, c'est la vie ça, pas que l'adoption : on fait des choix (affectifs, professionnels, familiaux...) en pensant qu'ils sont bons pour nous à un moment donné, et après ils peuvent se révéler douloureux (divorce, chômage,...) et il faut assumer, traverser les épreuves comme on peut.
C'est pas parce qu'on est optimiste (ou croyant) qu'on est inconscient (ou à l'abri des malheurs). Et qu'on peut prévoir comment on arrivera à gérer l'échec ou les crises (la maladie et la mort, si on pousse encore plus loin). Mais peut-être qu'on fait un peu plus confiance....?
C'est marrant comme souvent la question de l'adoption ramène à des interrogations existentielles (je pense que c'est lié à la question du choix)

Anne T.

Moushette a dit…

@Anne T, je suis bien d'accord avec toi. Sauf que dans certains cas, "lorsque ca tombe sur la tete", c'est souvent parceque l'enfant va très mal, et qu'en tant que parent c'est culpabilisant de ne pouvoir rien faire pour lui et de voir que l'équilibre familial et les ainés en souffrent... Je pense que c'est ce qu'a vécu cette femme.

@zench, y a pas le lien dans votre comm'.

Marianne a dit…

Moi aussi çà me parle.

Bien sur que ce n'est pas toujours tout rose, j'en parle souvent sur mon blog mais avec les bios non plus, c'est parfois même pire.

Marianne, qui passe souvent de la vie en rose à la vie en rose/gris

Moushette a dit…

@marianne... Le rose est le gris, c'était mon association de couleurs préférée lorsque j'étais gamine. Tout gris c'est l'enfer, mais tout rose ça donne la gerbe aussi ! Rose et gris, c'est la vie en fait. Profite bien du rose ! (mais c naz comme commentaire à la relecture !!!)

(et contente de voir que l'oper' s'est bien passée, bon courage pour la suivante !).

Céline a dit…

IL a un ton bien cet article (je ne peux pas dire "juste" car pas dans la place), et change du sensas' des tabloïdes comme tu dis Moushette.

Et sinon faut pas oublier qu'il y a aussi des échecs chez les "bios"...

Véronique a dit…

Il est "dur" à lire ce texte, mais il sonne "vrai". Je suis plus une perpétuelle inquiète qu'une furieuse optimiste, mais il en faut de l'optimisme (et de l'inconscience)pour se lancer dans l'adoption!
J'ai toujours considéré qu'à la descente de l'avion ce n'était pas le "happy end" mais le début de notre histoire; et qu'elle s'écrirait tous les jours à venir!
Quant au commentaire sur le rose et le gris, je l'aime bien, et lui aussi il sonne juste...

nissa a dit…

Je suis touchée par cet article, comme par le commentaire d'Anne...
J'ai juste envie de dire que, non, nous ne sommes pas fous illuminés mais avons l'espérance... Et c'est notre force...

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails