lundi 10 mai 2010

Lavasa !

A 3h30 de Mumbai (via la confortable autoroute Mumbai-Pune), à 1 heure de Pune, voici Lavasa, une ville nouvelle indienne, construite de toute pièces dans la cambrousse, et que pour les riches (et leur petit personnel...). Cette ville aurait la superficie de Paris, pourrait accueillir 300 000 personnes d'ici 10 ans, dans un paysage de collines, de lacs et de rivières, un petit peu en altitude (donc plus au frais). La Suisse de l'Inde si on y croit ces photos. Avec un cadre de vie et des conforts sans précédent pour l'Inde. Pour les riches, un peu de calme, de nature,  d'espace et des services à n'en plus finir. Typiquement le genre de coin qui plairait aux NRI friqués habitués aux services des USA. Nul doute que les entreprises y fleuriront rapidement  (et les moustiques aussi, vu les quantités d'eau qu'il y a dans le coin. et au fait les lacs et rivières montent jusqu'où en cas de grande mousson ?? Et les slums hein, où mettront ils les paysans qui abandoneront leur lopin de terre attirés par les salaires de cette ville, envahiront-ils les collines vertes avec leurs toiles et toits en taule, les parquera-t-on dans un autre ghetto ?...).

Lavasa, future Silicon Valley de l'Inde ? En tout cas, mégalopole-ghetto pour riches. Un coin de nature tranquille et propre. Où papillons et oiseaux rares cohabitaient avant que les promoteurs arrivent. Les indiens sauront ils présever l'éco-système de ce coin ??? Y aura-t-il-un jour des beggars devant les temples, y entendra-t-on le klaxon des rickshaws ou y verra-t-on des petites vieilles en saree vendant les légumes tout tordus de leurs jardins à même le sol ? Bref tout ce qui fait pour nous le charme de l'Inde, le verra-t-on dans les rues de cette mégalopole idéale ?

12 commentaires:

mirtille a dit…

Hier quand j'ai entendu parler de cela à la télévision, j'ai eu aussi la nostalgie de tout ce qui fait que l'Inde et l'Inde...

mirtille

Mimi a dit…

non pas la Suisse de l'Inde..juste un ghetto pour riche. Ou alors comme en Suisse des mendiants d'ailleurs croiront y trouver le bonheur et viendront dans l'espoir d'une vie meilleure.

Djoh a dit…

J'y suis passe un certain nombre de fois, je connais bien cette autoroute...
Des petites villas sur les hauteurs, ca fait longtemps qu'il y en a, toutes baties sans permis de construire et a l'abri de toute la misere de l'Inde.
Mais nulle doute que les mendiants et les vetustes paysans seront de la partie - ou d'autres pourraient-ils se procurer les services quotidiens ? Laver le linge, acheter des legumes frais, reparer la lumiere, la plomberie...
Bref, un ghetto pour riche, mais un ghetto indien quand meme.

Et vraiment, le charme de l'Inde pour vous, c'est sa pauvrete ?

Moushette a dit…

bien sur que non, le charme de l'inde n'est pas exclusivement sa pauvreté ! mais quelque part, j'ai toujours l'impression que l'âme du pays appartient aux gens de la campagne, donc souvent pauvres. Mes plus beaux portraits photo sont toujours ces gens des campagnes et non la middle class urbaine. J'ai du mal à retrouver cette âme à bhandra ou dans les quartiers chicos de bangalore. La modernisantion est nécessaire, mais il me laissera toujours nostalgique de l'essence du pays.

Un peu comme le traffic indien, les routes, le binz, la pollution, les bouchons et tout le reste sont infernaux, pourtant j'adore...je serais triste si les routes devenaient aussi disciplinées qu'en thailande. étrange paradoxe.

nissa a dit…

Je ne connais pas l'Inde... mais une Inde aseptisée est loin de l'image que je m'en fait...
Le commentaire ci dessus de Moushette me rassure, non, on ne souhaite pas une Inde pauvre... Juste une Inde qui respecte toutes les classes... et qui n'aseptise pas..

Djoh a dit…

Oui c'est un peu ça le problème. Vous cherchez une Inde qui colle à l'image que vous vous en faites.
Ca explique pourquoi vous cherchez à éviter au maximum la vue des blancs, un peu comme la caméra du journaliste - et pourquoi cette évolution de l'Inde vous dérange à ce point.
Mais je suis rassuré, ils ne vont pas vous attendre, leurs aspirations sont bien au délà de ça !

Djoh a dit…

En effet mon commentaire est plus aggressif que ce que je ne le voulais. Il n'etait pas specialement ecrit pour toi, plutot a tous les amoureux de l'Inde qui aimerait qu'elle reste comme elle est et craigne la rencontre avec les expats. J'en ai vu, des gens comme ca, et ca me desole et m'exaspere.
Par contre, je suis entierement d'accord sur le souhait que l'Inde profonde (et majoritaire) se reveille et reclame sa part de la croissance indienne. Beaucoup de mes collegues reviennent de voyage business en Inde et sont extremement surpris de la pauvrete (pourtant des expats qui n'en sont pas a leur premier pays). L'un me confiait se demander comment les indiens pouvaient etre si fiers, quand dans leur pays il y a des gens si pauvres.
C'est exactement ce que je ressens. L'Inde moderne est fiere de son evolution et de ses reussites, mais continue de fermer les yeux sur l'ecrasante majorite.
En comparaison, la Chine a 20 ans d'avance...

Mes excuses si je t'ai agace, ce n'etait pas du tout mon intention.

Djoh a dit…

*aimeraient et craignent*

Moushette a dit…

Djoh, quelle agressivité, je ne comprends pas trop votre réaction ainsi que vos rapides conclusions à côté de la plaque sur mon compte !

Je cherche à éviter les blancs ????? Non mais ca va pas bien ? Tout ça pasque je préfère prendre en photo les paysans ou les "tribals" plutôt que les cadres urbains ??? Pfff.. Sachez que la plupart des membres de ma famille indienne sont des urbains aisés , voire "blancs" (une partie est anglo-indienne) et je les vois à chacun de mes voyages avec un grand plaisir (tout les 3 mois); aussi une partie de notre équipe indienne est composée d'expats (blancs horreur !!).

L'Inde, ses évolutions, je les constate depuis longtemps, mes voyages étant régulièrement partagés entre des coins chicos des grandes villes et l'Inde rurale. Je n'ai pas eu besoin de vos remarques pour les voir et aussi en profiter !! Quant à mon père, il visite régulièrement l'Inde depuis les années 60, et nous tirons les mêmes conclusions.

Depuis peu, j'ai pu voir de nombreux chantiers d'universités, écoles, health centers et hopitaux, un peu partout dans le pays (bcp au Karnataka et au Kerala), et cette évolution là me fait grand plaisir. Oui, là j'ai envie de parler de progrès car elle peut concerner toute la population : éducation et santé.

Ce qui me désole en Inde, c'est de voir que le fossé entre pauvres et riches ne fait que s'agrandir, que les paysans rajasthanis continuent de se suicider par centaines, qu'il y a de plus en plus de familles entières qui dorment dans les rues de delhi, qu'on peut encore mourrir de faim en Inde, se faire torturer dans les prisons, être enfant esclave dans l'industrie textile, être laissé pour contre par le gouvernement parce qu'on est un "tribal", être la femme esclaves d'une quinzaine d'hommes dans le nord... Et puis bien sûr on peut parler du sort des foetus féminins, les abandons ou la négligeance de filles...
On peut aussi tout simplement parler du manque d'hopitaux et de médecins dans les régions rurales de l'Inde ? Et les problèmes d'eau, les centrales électriques à saturation et ses coupures ? Le réseau ferrovière qui se déglingue, les routes, ah oui les routes.... Il y a bcp de géniales highways "rapides" pour ceux qui peuvent se payer des péages. Mais pour le reste du réseau qu'en est-il ? Oh, et la corruption, grandissante, galopante, qui gèle tout, y compris les grands projets de reconstruction...
Cette Inde là, on le voit pas trop dans les pages en papier glacé de Outlook ou de India today, pourtant elle concerne une grande majorité de la populace du pays.

L'évolution du pays pour moi ne commence pas par Lavasa. Mais je suis ravie de voir qu'elle peut correspondre à un progrés matériel pour une goutte d'eau de gens aisés, dont ma famille, blanche, qui a acheté un appart là bas et dont je profiterai sûrement un de ces 4.

Mais pour moi les vrais évolutions du pays doivent concernent les campagnes, et non le confort des urbains bénéficiant déjà d'un certain niveau de vie (eau courante, éléctricité, écoles, soins). Le vrais progrès de l'Inde sont ailleurs, et les chantiers sont vastes. Quel politicien aura le culot de s'attaquer à la corruption ??? Qui aura le courage de lancer une vraie politique de protection de l'enfance, qui saura faire condamner lourdement ces pseudos shelters tenus par des VIP (dont je parlais un peu plus bas dans le blog) qui exploitent ouvertement les enfants pour les besoins des pédophiles ?

Cette évolution-là, je l'attends moi, et je désespère de ne pas la voir arriver. Il y a 10 ans, j'étais comme vous enthousiaste des progrès d'une partie de l'Inde. Mais depuis qqs années je déchante de constater à tel point ces progrès sont inégaux et injustes.

Moushette a dit…

(bon depuis j'ai recorrigé mon commentaire précédent, il était bourré de foooootes ! ;-) )

No problem Djoh, ton post est constructif malgré tout. je suis contente d'ailleurs que tu me lises et viennes commenter !

je pense qu'il y a un juste equilibre pr apprécier les "progrès" Indiens. Il faut les apprécier à leur juste valeur, mais il ne faut surtout pas s'en contenter. je suis la première a adorer frimer en France de certaines prouesses là bas bien mieux qu'ici. mais je ne veux pas fermer les yeux sur l'inégalité du pays. la misère, les tragédies des paures, je les subis tout le temps. Et lorsque mes yeux de mère croisent ceux de ceux d'autres mères désespérées de leur incapacité à donner une vie convenable à leurs enfants, je ressens toujours le même chavirement et colère. elles n'ont rien de plus ou de moins que moi. pourquoi elles ? pourquoi pas moi ? Simple question de naissance au mauvais endroit ?

quant aux oeilleres des indiens "fortunés" à refuser de voir la pauvreté qui les entour, cela m'hallucine, même si je comprends qu'ils n'ont pas trop le choix pour bien vivre cette inégalité. je m'oblige à ne pas faire comme eux, non il ne faut pas s'y habituer, et continuer à la dénoncer.

Djoh a dit…

Content de te lire aussi, et de voir qu'on est bien d'accord.
Je viens de retrouver un commentaire que j'avais recupere sur mon blog il y a bien longtemps, du type "On ne dirait meme pas des indiens" en parlant de jeunes qui sortent en boite, s'habillent mode, etc.
Le genre de commentaire qui me met hors de moi - l'Inde, c'est un ensemble, une mixite de milieux sociaux.
Et le probleme, c'est qu'ils ne s'en rendent pas tout a fait compte eux meme !

Moushette a dit…

oui ce qui fait le charme (ou l'horreur !), bref ce qui ne nous laisse pas indifférent dans l'Inde, ce sont ses contrastes.

Je comprends bient ta réaction face aux commmentaires. Bcp de gens sont bourrés de préjugés sur l'Inde et ça m'agace souvent, en tant qu'indienne et aussi pour mes enfants.

Faut dire que pdt des années les médias français nous ont abreuvé de clichés rajastani-bollywood-slumdogs sur l'Inde. Les français ont donc cette image de ce pays, et le côté hi-tech a forcémment moins de charme que les maharanis, fakhirs, turbans etc.

Prochaine fois qu'on te met de genre de commentaire tas k répondre que oui c scandaleux, ces indiens qui ne ressemblent à rien, tout aussi scandaleux que les bretonnes qui se promènent dans notre pays sans bigoudaines, les auvergnats sans sabots, les basques sans bérets...

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails